Les derniers mots d’un condamné à mort – Inconnu

par La rédaction le 27 Déc, 2015



Les derniers mots d'un condamné. Quand vous lirez ceci, je serai mort. Nous sommes le 9 septembre, un mardi, à minuit. Je suis condamné à mort comme criminel. Depuis que je suis dans ma cellule, j'ai eu le temps de beaucoup penser. Quelques-unes de mes pensées ÔÇô un avertissement aux criminels ÔÇô ont été publiées aujourd'hui, dans le journal de Chicago (Chicago Tribune) dans un article adressé aux « plus durs des endurcis »ÔǪ


J'ai seulement 23 ans, mais je suis prêt à mourir. Savez-vous pourquoi ? Parce que je suis prêt à rencontrer Dieu et j'en suis heureux. Cette semaine, j'ai fait un rêve que j'emporterai avec moi à la chaise électrique. J'étais sur le chemin du ciel, Jésus marchait avec moi, mais je faisais quatre pas tandis qu'il en faisait deux. Il me demanda pourquoi j'allais si vite et je lui répondis que j'étais pressé d'arriver à la maison. Puis là-haut, je fus tout environné d'anges. Quelques uns penseront que c'est bien étrange pour un homme qui est entré, athée à la prison, mais c'est exactement ce qui s'est passé. Vous comprendrez mieux quand je vous aurai dit comment j'ai rencontré Dieu, un matin de bonne heure.
Tout d'abord, jetez un regard sur mon passé. Il y a sept ans, j'étais un type qui se faisait valoir, chef de mon propre « gang » des « plus durs des endurcis »ÔǪ Nous étions huit. L'un était EarI Parks surnommé « Risette », car il vous aurait tué, le sourire aux lèvres. Un autre était Charles Jones, connu sous le nom de « Beau gosse », car il avait l'allure d'un joli garçon. Les autres étaient: Herbert Liggins, connu sous le nom de « Patte folle » car il traînait une jambe ; William Lee était appelé « Bill le Sauvage » ; Charles Hill s'appelait « Colorado Kid » ; Clyde Bradford, lui, était si noir que nous l'appelions « Tout bleu ». Le « timonier » était Percy Beilmar. Nous l'avions surnommé ainsi parce qu'il était bon chauffeur ; mon timonier numéro 1. Tous sont en prison, sauf Parks qui a été exécuté. Ils m'appelaient tous « Nénesse, le Gaspilleur et le Coureur de femmes ». J'essayais d'agir comme un "caïd", sortant toujours de ma poche une « brique », quelquefois deux ou trois.

 


« Je mentais à mes parents, le crime était en moi ». Quand j'ai commencé à faire tous ces tours, j'étais encore un gosse. Ma famille cherchait à m'envoyer à l'école du dimanche et à l'église. Plus d'une fois, ils m'ont donné de l'argent pour que j'y accompagne mes jeunes soeurs, mais je n'y suis jamais allé. Je faisais promettre à celles-ci de ne rien dire, et pendant ce temps je courais au cinéma. Je disais à mes parents que j'étais allé à l'église, et ils ne s'apercevaient de rien. Le crime était en moi, et les films que je voyais, m'aidaient à concrétiser mes idées. J'y apprenais quelques trucs qui m'instruisaient sur la « façon de s'y prendre ». Je me souviens du jour où j'ai vu le film « J'ai volé un million ». J'étais là, désirant être le gars,  qui possédait le million.
Puis j'ai décidé d'apprendre la boxe, pensant que j'étais « costaud » et qu'ainsi, je pourrais me défendre à l'occasion. Je pensais aussi que ça pourrait cogner dur, un jour. Je fus le meilleur de ma classe pendant un moment, puis devins « pro » et combattis comme poids moyen, pendant cinq ans. Je terminais comme poids mi-lourd; le seul homme à me mettre K.O. fut Jimmy Bovins. ├Ç 18 ans, je me trouvais dans une maison de correction dans l'état de l'Illinois, pour vol à main armée. En octobre, huit d'entre nous s'échappèrent, mais le mois suivant je me retrouvais au pénitencier « Joliet ». J'avais été capturé pour meurtre, dans un parc de Chicago, mais fus libéré sur parole en juin. lI semblait que cela dût être une leçon pour moi, mais il n'en fut rien.

 


Six mois plus jard, j'étais chef d'un nouveau « gang » ; cela dura jusqu'au 9 février dernier. Ce soir-là, trois d'entre nous attaquèrent Max Barren, 49 ans, dans son bar situé à l'ouest de Chicago. Barren essaya de saisir un pistolet ; je bondis sur lui, mais il était décidé à tirer. Je compris aussitôt que ce serait lui ou nous, alors je tirai à bout portant et le tuai. Nous déguerpîmes avec l'argent, 300 dollars en tout, que je donnai plus tard aux autres gars. Je m'enfuis à New York, puis à Atlanta, où la police m'arrêta. Quelques semaines plus tard, je comparus devant la cour de Chicago.
« Si vous ne croyez pas en Dieu, essayez seulement cette petite expérienceÔǪ »
« Reconnu coupable », ainsi retentit le verdict. « Vous êtes condamné à mort ÔǪ » dit le juge sévèrement. Ainsi, j'entrai à Death Row, le « sentier de la mort ». Il n'y avait pas très longtemps que j'étais derrière les barreaux, le 23 mars dernier, quand une femme de ma race ÔÇô Mme Flora Jones, de l'Église Baptiste d'Olivet ÔÇô vint m'inviter à assister au service religieux, pour les détenus. J'étais en train de jouer aux cartes avec d'autres copains et lui ris au nez. « Pourquoi faire? » lui dis-je, « je ne pense même pas qu'il y ait un Dieu » ; mais tandis que je jouais, la femme insistait. Je me sentais si pécheur, qu'en réalité je ne voulais rien savoir de Dieu, ni même s'Il existait. Ainsi, j'ignorai cette femme. Tout à coup, ce qu'elle dit, attira mon attention. « Si vous ne croyez pas en Dieu », cria-t-elle de l'autre côté des barreaux, « essayez seulement cette petite expérience : ce soir, avant de vous endormir, demandez-Lui de vous réveiller à une certaine heure ; puis demandez-lui de vous pardonner vos péchés. »
Elle avait une telle foi que j'en fus saisi. Je n'ai pas assisté au service, ce soir-là, mais je décidai de faire l'expérience. Allongé sur ma paillasse, je murmurai : « Mon Dieu, si Tu existes, réveille-moi à 2 heures 45. » Dehors, c'était l'hiver, et les fenêtres se givraient à l'intérieur. Pendant les premières heures de la nuit, je dormis profondément, puis mon sommeil devint plus léger ; finalement, je m'éveillai complètement. J'avais chaud et transpirais quoique la cellule fût froide. Tout était calme, sauf le bruit régulier de la respiration de quelques détenus et le ronflement d'un voisin. J'entendis des pas au dehors ; c'était un gardien qui faisait sa tournée réglementaire. Quand il passa, je l'arrêtai et lui demandai l'heure. Il regarda sa montre et dit: « Trois heures moins le quart. » « C'est la même chose que 2 heures 45, dites voir ? »
« Dieu m'avait délivré, je n'avais plus envie de me battre »

 


Tandis que je posais cette question, mon coeur se mit soudain à battre violemment dans ma poitrine. Le gardien grogna et s'éloigna ; il ne me vit pas glisser au pied de ma paillasse et tomber à genoux. Je ne me souviens pas de ce que je dis à Dieu, mais je sais que je lui demandai d'avoir pitié de moi, un assassin et un pécheur. Il m'a sauvé cette nuit-là, je le sais, et depuis, j'ai toujours cru en Son Fils Jésus. J'avais promis une « rossée » à un autre détenu, pour le jour suivant. Le matin, quand j'allai vers lui, il recula et me dit: « Je n'ai pas envie de lutter avec toi, car tu t'y connais dans la boxe». ÔÇô « Je ne veux pas boxer », lui dis-je, « je viens seulement pour te voir. » Plusieurs s'étaient réunis pour nous voir lutter, mais ils furent désappointés. Dieu m'avait délivré de mon péché et je n'avais plus aucune envie de me battre. Plus tard, le bruit courut que je méditais quelques tours pour éviter d'aller à la chaise électrique.
Mon cas passa devant la Cour suprême de l'Illinois qui maintint la sentence de mort. Cela me « fit un coup », mais je ne perdis pas la foi en Dieu. ÔÇô Je sais maintenant qu'Il ira avec moi ; ainsi, vous voyez, je n'ai vraiment pas peur. Avant de mourir, je veux laisser un message pour les autres jeunes: commencez à servir le Seigneur pendant que vous êtes jeunes, avancez sur ce chemin, et Il vous gardera dans la droite ligne. Quand on commence à tuer, on est vaincu et il est difficile d'en sortir. C'est exactement comme pour l'habitude de fumer ou de boire, on en est esclave, on ne peut pas s'arrêter. Oui, je serai mort quand vous lirez ceci, mais écoutez mon conseil: « ÔǪ le salaire du péché, c'est la mort; mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur », dit la Bible. J'ai découvert que c'était vrai.
Aujourd'hui 22 octobre, le directeur Frank Sain m'a dit que le gouverneur Green m'accordait un délai d'exécution jusqu'au 24 octobre. Je suis toujours heureux et ne crains rien. Je mourai demain, à minuit.

 


Ernest Gaither
* Ernest Gaither Jr. a été exécuté par électrocution le 24 octobre 1947 dans l'état de l'Illinois ainsi qu'en témoigne, sous le n┬░13317, le registre national des exécutions aux Etats-Unis.
Derniers instants d'Ernest Gaither, témoignage d'un aumônier
Peter Tanis, missionnaire des prisons, a accompagné Ernest Gaither à la chaise électrique. Voici la description des derniers moments du détenu: J'ai été autorisé à entrer dans la cellule d'Ernest à peu près une heure, avant minuit. L'atmosphère était lourde, les gardiens se tenaient autour de la cellule, bavardant pour détourner sa pensée « du voyage de minuit ». Mais leur conversation était forcée, et ce qu'ils disaient, n'avait aucun sens. Lorsque je suis entré dans sa cellule, Emest sourit et me salua. Un aumônier noir était en train de lire la Bible avec lui. Il me donna le Saint Livre et me demanda de lire. Ernest se pencha en avant et écouta attentivement, tandis que je lisais: « Car Christ est ma vie, et la mort m'est un gainÔǪ je suis pressé des deux côtés: j'ai le désir de m'en aller et d'être avec Christ, ce qui de beaucoup est le meilleur »
« Pourquoi tremblez-vous ? Je n'ai pas peur »

 


Il reçut un grand réconfort de ce verset: « Quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi ». Quand l'horloge sonna la dernière heure de sa vie, il cita ce verset par coeur. Dehors, les gardiens écoutaient sans rien dire, certains avaient les larmes aux yeux. A 11 heures et demie environ, nous eûmes une réunion pendant laquelle nous chantâmes des cantiques. Ernest voulut chanter: « Quand l'appel de Dieu retentira, je serai là. » Tandis que les derniers sons d'un autre cantique « Quelques mots avec Jésus » se faisaient entendre, les gardiens vinrent avec une tondeuse pour couper les cheveux de l'homme à la voix de ténor. Juste avant minuit, Ernest pria: « Seigneur », dit-il à voix basse, « quand je suis entré ici, je haïssais ces gardiens ; mais maintenant, je les aime, Seigneur. O Dieu, j'aime tous les hommes. » Puis il pria pour ceux auxquels il avait fait de la peine, pour sa mère, demandant au Seigneur de la bénir ; et il conclut en disant: « Je ne vais pas mourir par électrocution, je vais seulement m'asseoir sur la chaise et m'endormir. »

 


Quelques minutes plus tard, une cagoule noire fut posée sur sa tête et il commença à parcourir les derniers mètres. De chaque côté de la chaise se tenaient des gardiens qui paraissaient visiblement nerveux. Ernest le sentit et leur dit: « Pourquoi tremblez-vous ainsi? Je n'ai pas peur. » Soixante-quinze témoins étaient présents quand le condamné fut attaché par des mains fébriles, sur la grande chaise noire que faisait ressortir un plancher d'acier sans tâche. A minuit et trois minutes, le premier des trois chocs électriques passait à travers le corps d'Ernest. A minuit et quart, cinq docteurs en tenue, confirmèrent la mort, l'un après l'autre. Mais je savais que le vrai Ernest Gaither était encore vivant et que son corps seulement était mort. En quittant la prison, je pensais au verset qu'il aimait tant: « Car Christ est ma vie, et la mort m'est un gain. »

 

{loadposition face}

Ne manquez plus rien!

Abonnez-vous dès maintenant aux infos de AdoreDieu.com et recevez chaque jour la pensée du jour, la citation du jour, des enseignements, des témoignages...

mm

Auteur: La rédaction

La vision d'adoreDieu.com est d'impacter les médias via l'Evangile. Vous êtes témoin d'une actualité, informez-en la rédaction à redaction@adoredieu.com. N'hésitez pas à nous faire part de votre témoignage, de ce que Dieu a fait dans votre vie, en vous inscrivant sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Passez sur autre article

mot exacte
chercher dans les titre
chercher dans les contenus
chercher dans l'article
chercher dans les pages
acf
lifestyle
pensee
citation
actualite
temoignage
enseignement
musique
parole
Filtrer par Categories
Actu Chrétienne
Actualité
Albums
Blogs
Citation du jour
Clips vidéo
Conversions
Dossiers
Églises
Enseignement du jour
Enseignements
Entreprenariat
Famille
Fondements de la foi
Gospel
Guérisons
Internautes
Jeunesse
La Famille
Louange africaine
Louange anglophone
Louange française
Louange hispanophone
Monde
Musique
Musique du jour
non catégorisé
Non classé
Partenaires
Pensée du jour
Relations
Santé
Servir Dieu
Société
Sorties D'albums
Témoignage du jour
Textes
Video
Video Enseignements
Vie pratique

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières nouvelles.

Advertise

Visionnez la dernière vidéo
Soyez déterminé - Walter Zanzen
Instagram
  • 👉Rejoignez notre équipe... 😀
  • Qu'aimerais-tu dire à Dieu en ce moment ?
  • Image Instagram
  • Image Instagram
  • Image Instagram

23466fb4f382d5fcf8b3fb4c06c4de2e666666666666666666666666666