Le Seigneur nous a sauvées toutes les deux ! – Evie

par La rédaction le 27 Déc, 2015



Célia du latin « caelum », veut dire "qui vient du ciel,  qui est un don de Dieu".
J'aimerais rendre témoignage de la fidélité du Seigneur envers Célia, Gabriel et moi. Il fait des miracles. En effet, j'en suis encore tremblante d'émotion rien qu'en l'écrivant, j'ai frôlé et vu deux fois la mort en face. Cela a été un coup de tonnerre dans un ciel serein.
Célia, ma fille, devait naître aux alentours du 28 mars, mais j'ai eu des problèmes de santé, les trois dernières semaines de janvier.

 

En effet, je présentais des symptômes de pré-éclampsie. Cela entraînait pour moi, un mal être,des maux de têtes incessants, des œdèmes importants et surtout une tension artérielle qui augmentait de jours en jours.
Le bébé présentait un retard de croissance intra-utérin : je remarquais que mon ventre ne grossissait plus depuis quinze jours. Mon médecin m'avait arrêtée et j'étais bloquée chez moi. Une sage-femme me visitait à domicile, tous les jours. De plus, depuis une semaine, notre ascenseur était tombé en panne à cause des inondations de fin janvier dernier. Cela m'inquiétait énormément. Je me sentais en insécurité.

 

Le vendredi 4 février, j'ai fait une crise de pré-éclampsie sévère. Le SMUR et les pompiers m'ont envoyée en urgence, à l'hôpital de Bellepierre, non sans difficulté : j'étais portée par les pompiers sur un brancard afin de descendre les sept étages en colimaçon, de notre immeubleÔǪ Plus de 20 minutes de manoeuvre, accompagnées de Gabriel et de mon pèreÔǪ Quel scénario !
Ensuite, tout s'est enchaîné très vite. Le chirurgien a commandé une césarienne en urgence. Le Seigneur m'a remplie de calme. Je lui ai fait confiance ainsi qu'au staff médical. En cinq minutes, pas plus, j'ai entendu la voix de Célia, elle était née,ÔǪ Si vite !!!
Je l'ai juste aperçue avant qu'ils ne s'occupent d'elle. Comme j'étais consciente, j'ai entendu le chirurgien dire à la fin de l'intervention : « Deux heures de plus et on perdait l'enfant et la maman qui aurait pu faire une hémorragie interne ». En effet, ils ont eu la mauvaise surprise de trouver une poche de sang, un gros caillot, au niveau du placenta qui s'était également décollé. En sortant Célia, ses jambes étaient violettes et sombres. Mais dès qu'ils l'ont mise sous oxygène, elle est devenue toute rose ! Gabriel a tout vu.
Il a été très courageux. Le Seigneur nous a sauvées toutes les deux.

 

Célia est née prématurément le 4 février, à 15h52, elle pesait 1kg525. Ils l'ont transférée de suite, au service de réanimation en Néonatologie.

 

Mais l'histoire n'est pas terminéeÔǪ
Après la naissance de Célia, j'ai commencé à me sentir malÔǪ Non pas à cause de la césarienne, ni par inquiétude de savoir mon bébé loin de moi en réanimation. Je ne me suis pas inquiétée pour Célia car j'étais confiante. Mais moi, je me sentais mal dès la nuit de vendrediÔǪ Pourtant mon cœur glorifiait Dieu sans cesse, de nous avoir sauvées.

 

Dimanche 6 février à 10h du matin, j'ai fait une crise bizarre, bloquée dans le lit de ma chambre d'hôpital. J'étais seule, je me suis sentie partir. J'ai alors prié et le Seigneur a mis en moi une parole très claire : « je vais partir, mais je reviendrai ». Je me suis vue m'écrouler au sol, et une main tendue vers moi, me relevait. Tremblante, en sueur, à bout de forces, j'ai réussi à envoyer ce message texto à Gabriel « Je pars, mais je reviendrai ». Je ressentais alors de vives douleurs, comme si on me donnait des coups de poignard sous la poitrine. Je me suis sentie partir, comme si mon corps se vidait de son sang. Ma tension avait encore grimpé au plafond. En m'examinant, les médecins pensaient que c'était des symptômes suite à la césarienne, mais moi, je savais que ce n'était pas ça. Les symptômes ressentis, étaient pires que ceux de la pré-éclampsie. Je me sentais de nouveau en insécurité, cette fois-ci, dans ma chambre d'hôpital !!!

 

L'après-midi, cela a recommencé. Maman était avec moi. Elle m'a enlacée et a prié pour moi. Je souffrais terriblement, je tremblais de tout mon corps, avec des sueurs chaudes. Ma tension était très élevée.
J'étais très inquiète, ne me sentant pas à ma place dans cette chambre de maternité. J'avais envie de descendre aux Urgences !
Heureusement ce dimanche soir, après une attente interminable, un anesthésiste de garde a commandé de m'envoyer en soins intensifs postopératoires, à la vue de mes bilans médicaux, très mauvais. Pour moi, ce médecin est venu me parler et me conduire au bon endroit tel un ange de l'Eternel !
En réalité, j'ai fait un « HELPP SYNDROM 1 » avec des complications hépatiques très graves du foie, de la coagulation sanguine et une tension artérielle, toujours très élevée. J'aurais dû mourir une deuxième fois.
Au service des soins intensifs, j'ai vraiment ressenti que Jésus était avec moi. Gloire à son Nom !

Il a inspiré mon cœur, de cantiques de victoire et de foi, malgré mon grand affaibissement physique. Ce chant « Tu me donnes la vie », je le chantais intérieurement,  les larmes coulaient de mes yeux : je pleurais, je pleurais, je chantais dans mon cœur. Et puis aussi ce cantique « Je suis celui qui te guérit ». Tout cela me fortifiaitÔǪ Et j'attendais.

 

Gloire à Dieu, il m'a délivré de cette fournaise ardente.

 

Car deux jours après, j'ai quitté les soins intensifs pour retourner en chambre maternité. On a enlevé mes perfusions, sonde, etcÔǪ Je n'avais qu'un désir très très fortÔǪ voir enfin mon bébé !!! En fauteuil roulant, je suis arrivée près de Célia et de son papa. Je l'ai vue pour la première fois, le mardi soir soit 5 jours après sa naissance ! Cela a été le plus beau moment de toute ma vie, de toute notre vie à Gabriel et moi. J'ai pu la prendre tout contre moi et je pleurais de joie !

 

Les jours suivants, j'allais au service de Néonatologie voir Célia le plus souvent possible, toujours en fauteuil roulant. A chaque fois, je chantais, la tenant tout contre moi. Nous étions séparées, chacune dans nos services, elle dans sa couveuse, moi dans ma chambre. J'ai décidé malgré tout de la nourrir avec mon lait. C'est même devenu comme une obsession, car au début, c'était vraiment difficile. Nous y sommes arrivées.

 

Le week-end qui a suivi à l'hôpital, j'étais à bout de forces. Dans ma chambre, j'ai ressenti une extrême fatigue physique et surtout une fatique nerveuse, mentale. C'était étrange. Je n'étais pourtant pas triste, ni déprimée. J'ai fait deux nuits blanches consécutives. Non pas, parce que j'étais angoissée. J'étais tellement fatiguée que je n'arrivais même plus à dormir ! Les médecins m'ont donnée des somnifères qui n'ont rien fait. J'avais des absences, je faisais des maladresses. Je n'arrivais plus à me contrôler mentalement, j'étais à vif nerveusement. Parler et communiquer me demandaient un effort et, me concentrer, était douloureux. Je « pétais les plombs ». Le dimanche soir, après avoir prié, j'ai pu dormir. Les médecins m'ont prescrite un électroencéphalogramme. Le lendemain, j'ai décidé de m'y rendre à pieds laissant mon fauteuil roulant. Je me suis levée et j'ai marché. J'ai encore prié et suis restée confiante. A la vue des résultats, le neurologue a suspecté un AVC cérébral. Il m'a alors prescrite une IRM du cerveau. Les résultats ont montré que tout était redevenu normal.

 

Le Hellp Syndrom est une maladie grave qui attaque les organes nobles du corps comme le foie, les reins, le cerveau.

 

Je sais que Jésus m'a guérie. J'ai invoqué son nom puissant et il m'a délivrée du mal.

 

Nous sommes restées avec ma fille, un mois à l'hôpital. Célia devait prendre des forces et moi, j'étais encore sous contrôle. Nous avons terminé notre séjour, enfin réunies en chambre mère-enfant au service néonatologieÔǪ Enfin pressées de rentrer à la maison avec le papa !
La veille de notre départ pour la maison, le chirurgien est venu nous rendre visite. Il nous a dit : « Alors, les deux ressuscitées ! »

 

Maintenant, ça va mieux, nous sommes de retour à la maison. Célia grandit.  Je ressens actuellement, une bonne fatigue : je dois l'allaiter, toutes les deux heures, jours et nuits ! Elle a grossi et change de jour en jour. Elle est magnifique !

 

Voilà notre histoire.

 

Je remercie tous ceux et celles qui ont pensé à nous, qui ont prié pour nous. Merci au chirurgien, aux médecins, aux infirmiers, aux aides-soignantes. Merci à ma famille. Et par-dessus tout, merci à Jésus.

 

Évie

{loadposition face}

Ne manquez plus rien!

Abonnez-vous dès maintenant aux infos de AdoreDieu.com et recevez chaque jour la pensée du jour, la citation du jour, des enseignements, des témoignages...

mm

Auteur: La rédaction

La vision d'adoreDieu.com est d'impacter les médias via l'Evangile. Vous êtes témoin d'une actualité, informez-en la rédaction à redaction@adoredieu.com. N'hésitez pas à nous faire part de votre témoignage, de ce que Dieu a fait dans votre vie, en vous inscrivant sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Passez sur autre article

mot exacte
chercher dans les titre
chercher dans les contenus
chercher dans l'article
chercher dans les pages
acf
lifestyle
pensee
citation
actualite
temoignage
enseignement
musique
parole
Filtrer par Categories
Actu Chrétienne
Actualité
Albums
Blogs
Citation du jour
Clips vidéo
Conversions
Dossiers
Églises
Enseignement du jour
Enseignements
Entreprenariat
Famille
Fondements de la foi
Gospel
Guérisons
Internautes
Jeunesse
La Famille
Louange africaine
Louange anglophone
Louange française
Louange hispanophone
Monde
Musique
Musique du jour
non catégorisé
Non classé
Partenaires
Pensée du jour
Relations
Santé
Servir Dieu
Société
Sorties D'albums
Témoignage du jour
Textes
Video
Video Enseignements
Vie pratique

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières nouvelles.

Advertise

Visionnez la dernière vidéo
C'est l'heure de votre jubile - Franck Alexandre
Instagram
  • 👉Rejoignez notre équipe... 😀
  • Qu'aimerais-tu dire à Dieu en ce moment ?
  • Image Instagram
  • Image Instagram
  • Image Instagram

19c407bfcf4fe0b33da94136072e7062,,,,,,,,,,,,,,,