Libérée de ma dépendance aux drogues – Alica

par La rédaction le 22 Sep, 2017

Bonjour à tous, voici le témoignage que j’aimerais partager avec vous, sur le salut et la puissance souveraine de Dieu. J’ai grandi à la campagne au sein d’une famille heureuse, en apparence. Quand j’ai eu 13 ans nous avons déménagé en ville, et c’est à partir de ce moment-là que ma vie a dégénéré. Je me suis trouvée un nouveau cercle d’amis, et, ensemble, nous faisions l’expérience de tout ce qui nous faisait plaisir. Au début, on a commencé à voler les bières de nos pères et à se saouler dans le jardin public, puis ensuite, on a commencé à faire des séances de spiritisme pendant les fêtes d’anniversaire (c’est-à-dire à parler aux esprits par le biais d’une planche de Oui jà).

D’abord on croyait que l’un d’entre nous faisait des blagues aux autres, mais on a vite réalisé que non, il y avait vraiment un monde spirituel! En même temps, on commençait à fumer de la marijuana et à traîner avec des garçons bien plus âgés que nous.

Ce monde spirituel m’attirait, alors je m’y suis intéressée de plus près; je regardais des films démoniaques sur des gens qui étaient possédés. Je voulais faire du spiritisme toute seule, et je savais que tout ce que j’avais à faire, était d’inviter un esprit. Je savais que c’était dangereux, et pourtant je l’ai fait. A partir de là, je me soûlais régulièrement et je commençais à fumer, passant de plus en plus de temps à sortir dans les fêtes et à boire, plutôt que d’aller au collège. Les amis avec qui je traînais fumaient des joints au collège. Bien entendu, mes notes ont vite chuté, passant de 15-20/20 à 0-5/20 : j’étais devenue le cauchemar des professeurs. J’étais une vraie marginale au collège. En classe de 3ème, je n’arrivais plus à apprendre mes leçons à cause de cette vie de débauche. On m’a changée d’école mais sans résultat, j’échouais dans cette nouvelle école aussi. La vie à la maison était un désastre. Mes parents m’entouraient tellement de leur amour…et moi, j’abusais d’eux. Je me disputais beaucoup avec ma sœur, et toutes les deux avec nos parents ; à l’âge de 15 ans, ma plus jeune sœur était partie de la maison, suivie de moi, à l’âge de 16 ans.

J’emménageais chez mon petit copain. A ce moment-là, je ne m’étais pas encore aperçue que la maison était habitée par des drogués, puis en l’espace de quelques mois, j’avais déjà essayé les amphétamines ; en voyant mon copain se piquer, je me suis dis que rien ne m’était impossible, alors, je le fis aussi. Je n’ai pas dormi trois jours durant. La vie me semblait merveilleuse, alors que vu de l’extérieur, nous étions dans une grande misère.

A l’âge de 17 ans, je suis partie voyager dans toute l’Australie. Pendant trois ans, j’ai continué à me droguer, à boire, à multiplier les aventures avec des hommes louches, à faire la fête. J’étais dans un état de dépression permanent, et c’est dans ces temps-là que je me suis faite une nouvelle amie avec qui j’ai voyagé un certain temps. On se droguait et on faisait la fête ensemble. Après être revenue de vacances, elle m’a dit qu’elle avait été baptisée en devenant chrétienne. Je n’y fis pas attention et je continuais ma vie sordide.

Au mois de février 2007, j’étais à Melbourne et je passais mes week-ends dans les discothèques en me droguant. Un matin, on a rencontré des gars qui nous ont donné de la drogue gratuitement. Je n’en voulais pas, mais j’a fini par me laisser tenter. On n’a pas dormi de la nuit. Au petit matin, j’étais devenue gravement paranoïaque. Pour moi, c’était normal quand j’étais shootée aux “speed”, mais jamais autant. J’ai dit à ma copine que j’avais vraiment peur, mais je ne pouvais pas dire de quoi. Je suis allée à la salle-de-bains. En me regardant dans le miroir, je ne me reconnaissais plus. Je me suis dit que j’avais besoin d’aide, mais je ne savais ni ce qui m’arrivait, ni à qui demander de l’aide.

Je suis sortie de la maison, je voulais m’échapper, mais en réfléchissant aux événements qui venaient de m’arriver, je savais que j’étais possédée par des esprits démoniaques.

Quelque temps plus tard, j’ai téléphoné à mon amie qui était devenue chrétienne. Je lui ai parlé de ces manifestations, ne sachant trop si elle allait me croire.

Elle appela un ami chrétien pour obtenir de l’aide, et elle a été conseillée à ce sujet. Elle m’a ensuite lu des écritures de la Bible. MATTHIEU 4:23-24 “Jésus parcourait toute la Galilée, enseignant dans les synagogues, prêchant la bonne nouvelle du royaume, et guérissant toute maladie et toute infirmité parmi le peuple. Sa renommée se répandit dans toute la Syrie, et on lui amenait tous ceux qui souffraient de maladies et de douleurs de divers genres, des démoniaques, des lunatiques, des paralytiques; et Il les guérissait.”

A ce moment-là, je réalisai que si le diable existait, alors Dieu devait exister aussi. J’en tirais la conclusion que seul Jésus pouvait me libérer de cet esprit impur, et que j’avais besoin de Son aide.

Le lendemain, un lundi, j’avais l’intention d’aller en ville pour chercher une église qui pourrait m’aider. Mon amie voulait venir avec moi pour être sûre que tout aille bien, mais moi, je ne voulais pas qu’elle me voie dans cet état-là. Alors je suis partie seule, pensant que je pourrais contrôler l’esprit. J’étais horrifiée de ne pas le pouvoir, et en marchant dans la rue, j’ai commencé à grogner et à crier. J’essayais de me cacher le visage, mais les passants voyaient bien une jeune fille qui sillonnait la rue à la hâte, en hurlant. Je trouvai une église, mais elle était fermée, ce qui me fit hurler encore plus fort. J’en trouvais une autre, fermée elle aussi. Je me rendis à la petite maison adjacente à l’église et je demandai à voir le pasteur. Chaque fois que mon regard croisait la croix, je hurlais. Je m’assis près de l’homme, lui racontai mon histoire, et j’essayai de lire la Bible. J’avais du mal à me concentrer parce que l’esprit ne voulait pas me lâcher si facilement.

Je hurlais et je poussais des cris si violents que les gens dans la rue pouvaient m’entendre. Deux assistants sociaux qui passaient par là m’ont entendu et ont essayé de m’aider. Ils ont vite vu qu’ils étaient impuissants, alors ils ont appelé des infirmiers, qui ont appelé une ambulance. Il était hors de question que j’aille à l’hôpital ! Ils ont aussi appelé la police mais je ne voulais rien savoir. Je m’étais agrippée à une barrière et pour rien au monde je ne l’aurais lâchée. Je leur ai dit d’appeler ma copine, et elle est venue. On est montés ensemble dans l’ambulance, qui a démarré sirènes hurlantes. Je savais de quelle assistance j’avais besoin, et je savais aussi que ce n’était pas eux qui allaient me l’apporter.

On m’a emmené à l’hôpital psychiatrique et on m’a enfermée dans une chambre. Les infirmières et les médecins me regardaient à travers une vitre. Il a fallu 6 infirmières pour m’injecter un sédatif, tellement je me débattais pour ne pas l’avoir. Je les suppliais de ne pas me donner de médicament, mais au final, je me suis écroulée de fatigue. J’ai été enfermée pendant quatre jours à l’hôpital. Ma copine venait me voir tous les jours. Elle me dit que la seule façon de sortir de là, serait de faire comme si tout allait bien. J’ai réussi à inhiber l’esprit un moment, alors les médecins m’ont collé l’étiquette de psychotique chimio-induite, mais moi je savais que j’étais possédée.

Alors je suis sortie de l’hôpital, et pendant les deux mois suivants, je pris un travail. J’espérais que l’esprit me quitterait. Je me suis rendue dans une église catholique pour qu’on m’exorcise, mais la seule chose qu’ils ont faite, c’était de me verser un peu d’huile sur la tête et de réciter une prière. Je savais que j’étais toujours possédée, et que le prêtre n’était pas dans le coup. Une après-midi, ma copine et moi, on s’est disputées, alors elle a quitté le travail en avance, et j’ai dû rentrer à pied, ce qui me prit quelques heures. Ça me restait en travers de la gorge. J’ai rejeté ma tête en arrière et j’ai descendu la grand’ rue en hurlant. Je suis rentrée à la maison, me suis jetée dans l’herbe, je hurlais de douleur. Je savais qu’il fallait que je me débarrasse de ça, alors on a fait nos bagages peu de temps après et on est parties. On a traversé le pays, en direction de Coffs Harbour, et on est arrivées quelques jours après.

C’est là que je rencontrais les chrétiens qui avaient aidé mon amie, et ils m’ont présenté la Parole de Dieu. Je savais que seul Jésus pourrait me guérir et je le désirais sincèrement. S’Il me libérait de ce mauvais esprit, j’étais prête à Lui donner ma vie. Pendant qu’ils me prêchaient encore, ma tête fut de nouveau jetée en arrière et j’eus une nouvelle crise. Après de nombreuses écritures et questions, la douleur devint insupportable, je voulais juste qu’on me baptise et que je reçoive le Saint-Esprit, tout comme la Bible le dit en ACTES 2:38 “…Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, pour le pardon de vos péchés ; et vous recevrez le don du Saint-Esprit.”

 

On est allés à la plage pour que je puisse être baptisée par immersion totale, sous l’eau. Je me voyais remplie de lumière pendant que les autres priaient pour moi, et j’ai reçu le Saint-Esprit instantanément pendant que j’étais encore sous l’eau. C’est alors que j’ai compris que je n’étais désormais plus possédée par le mauvais esprit, mais remplie du merveilleux Esprit de Dieu. J’ai été instantanément libérée de la servitude et de la douleur. Tout ce qui me restait à faire : sourire et louer Dieu pour ce don du salut.

Je Le remercie toujours et je Le loue pour Sa victoire sur Satan, ce pouvoir qui m’a libérée.

Je n’ai ressenti aucun des symptômes de sevrage par rapport à la drogue, et je suis désormais une nouvelle créature en Christ. “Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles.” (2 CORINTHIENS 5:17). Depuis que j’ai choisi de suivre Dieu, Il m’a enseigné comment vivre une vie saine. Il m’a complètement pardonné ma vie dans le péché, et c’est la raison pour laquelle Jésus est mort. “Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous.” (ROMAINS 5:8)

J’ai appris à mettre ma confiance en Dieu de tout mon cœur ; je sais que je suis sauvée par la foi en Lui.

Dans l’amour de Christ,

Alica

Ne manquez plus rien!

Abonnez-vous dès maintenant aux infos de AdoreDieu.com et recevez chaque jour la pensée du jour, la citation du jour, des enseignements, des témoignages...

mm

Auteur: La rédaction

La vision d'adoreDieu.com est d'impacter les médias via l'Evangile. Vous êtes témoin d'une actualité, informez-en la rédaction à redaction@adoredieu.com. N'hésitez pas à nous faire part de votre témoignage, de ce que Dieu a fait dans votre vie, en vous inscrivant sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Passez sur autre article

mot exacte
chercher dans les titre
chercher dans les contenus
chercher dans l'article
chercher dans les pages
acf
lifestyle
pensee
citation
actualite
temoignage
enseignement
musique
parole
Filtrer par Categories
Actu Chrétienne
Actualité
Albums
Blogs
Citation du jour
Clips vidéo
Conversions
Dossiers
Églises
Enseignement du jour
Enseignements
Entreprenariat
Famille
Fondements de la foi
Gospel
Guérisons
Internautes
Jeunesse
La Famille
Louange africaine
Louange anglophone
Louange française
Louange hispanophone
Monde
Musique
Musique du jour
non catégorisé
Non classé
Partenaires
Pensée du jour
Relations
Santé
Servir Dieu
Société
Sorties D'albums
Témoignage du jour
Textes
Video
Video Enseignements
Vie pratique

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières nouvelles.

Advertise

Visionnez la dernière vidéo
Soyez déterminé - Walter Zanzen
Instagram
  • 👉 Une conférence à ne pas manquer, le 12 octobre à Paris. @salomon_mgn 👉Inscription sur : bit.ly/2IYiHJ5
  • 👉Dieu ne peut pas vous oublier - Walter Zanzen 📺Nouvelle vidéo sur notre chaîne YouTube (lien dans la bio).
  • Image Instagram
  • Grâces soient rendues à Dieu, qui nous fait toujours triompher en Christ... (2 Corinthiens 2.14).
👉Destinés à réussir - Mikael Doppia
📺La suite de la vidéo sur notre chaîne YouTube (lien dans la bio). @mikael_doppia
  • Image Instagram

4f3d0a5a884dd0c7c82a4c11e4cf341eKKKKKKKKKKKKKKKK