Patrons et employés – Frédéric Mondin

par La rédaction le 27 Avr, 2017

À l’époque biblique, les relations professionnelles admettent le principe de l’esclavage1. Nous tirerons une réflexion biblique sur la base du texte principal2 d’Éphésiens 6.5-9, employant les termes modernes de « patron » et « employé » pour en faciliter une application immédiate dans l’esprit du lecteur.

1. Égalité spirituelle au sein des différences sociales

1.1. Une nouvelle perspective dans les relations familiales

Le texte d’Éphésiens 6.5-9 et son corollaire en Colossiens 3.18-25 pensent la relation entre patrons et employés dans le cadre des relations familiales, après la relation conjugale (5.22-33) puis parentale (6.1-4). Rien d’étonnant à cela puisque le personnel de maison vivait alors sous le même toit que ses maîtres, ce qui faisait de lui un membre (de seconde classe) de la famille3 pendant le temps de son service (cette pratique existe encore dans certaines régions d’Amérique du Sud, par exemple, où « l’employé de maison » vit dans un petit studio de la demeure et participe comme invité aux grandes occasions familiales).

Le principe qui dirige toute relation familiale saine est celui d’une soumission mutuelle de personnes elles-mêmes soumises à Christ (Éph 5.21 ; 1 Pi 5.1-6). Paul explique ainsi aux épouses le principe de leur soumission (5.22-244), puis aux enfants, entités privées du droit d’opinion (6 .1-35), enfin, en troisième position, aux esclaves (6.5-9). Sans tomber dans une lecture révolutionnaire de l’Évangile, Paul revalorise ces trois entités familiales socialement déconsidérées à la lumière de l’Évangile, pour lequel l’aspect « mutuel » des rapports fait loi. Il enrichit ainsi le devoir de soumission6 d’un devoir de réciprocité.

Ouvrant un droit d’accès égal à la nouvelle alliance, il montre aussi que la nouvelle communauté de la foi ne fait acception de personne, puisque, d’un point de vue strictement spirituel, tous sont un en Christ (Gal 3.28s ; Éph 6.9 ; Col 3.11).

1.2. Limites de l’autorité et de l’obéissance

Le maître est maître « selon la chair » (Éph 6.5 ; Col 3.22). Cela semble évident, pourquoi le mentionner ? Lorsqu’une évidence est exprimée, elle lance souvent un message implicite, en l’occurrence celui-ci : le maître selon la chair n’est pas le Maître selon l’Esprit. Que le patron ne le soit que d’un point de vue terrestre implique au moins deux choses :

a) C’est l’affirmation d’une limite : l’autorité ne peut outrepasser son champ d’action terrestre. Façon de dire que le patron n’est pas un directeur de conscience (Mat 23.10). Son autorité investit uniquement le domaine temporel ; il n’a pas à dicter à son employé des convictions ou des comportements d’ordre spirituel. Ce qui, nous le verrons plus bas, le soumet, lui aussi, à la loi spirituelle d’amour du prochain.

b) C’est aussi l’expression d’une consolation : Paul relève l’âme affligée par le mépris de sa condition ou par un maître despote, comme lui disant : « Ne gémis pas de te voir au-dessous de la femme et des enfants : ta servitude est purement nominale : la domination à laquelle tu es soumis est une domination selon la chair, éphémère, de courte durée, comme tout ce qui est charnel7 ». Jésus-Christ lui-même a conseillé à tout homme de ne pas laisser influencer son comportement par ce genre de menaces, mais plutôt par Dieu dont la puissance d’action est infiniment supérieure (Mat 10.28).

1.3. Une nouvelle perspective

Si le patron l’est « seulement » selon la chair, il n’en demeure pas moins patron, c.-à-d. une autorité supérieure et incontestable. « Maître » traduit notre fameux kurios, aussi rendu par « Seigneur » (qui a droit de vie et de mort). Un employé nouvellement converti pouvait en effet succomber à la tentation de mépriser son patron terrestre sous prétexte d’en avoir un supérieur au ciel. Quelle perspective étrange, en effet : un employé chrétien éventuellement méprisé ira au ciel tandis que son patron païen demeure sous la colère de Dieu !

Paul est clair : il ne sera toléré aucune impertinence non justifiée sous prétexte de supériorité spirituelle. Être affranchi du péché n’affranchit pas des obligations sur terre (1 Cor 7.20-24)… au contraire (Éph 6.6-7) ! L’Évangile renverse la perspective : l’employé chrétien est d’autant plus l’obligé de son supérieur qu’il engage désormais la réputation du christianisme. D’après 1 Timothée 6.1, il doit agir comme si son patron était digne de tous les honneurs avec, en vue, la défense de l’honneur de Dieu et de l’Évangile8.

Et si le patron est injuste ou insupportable ? L’apôtre Pierre confirme la position de Paul, et cela, que le patron soit, par ses attitudes et son comportement, digne ou non de respect9 (1 Pi 2.18, dans les limites des abus dénoncés ailleurs par la Bible) ! L’employé ne peut donc pas justifier sa négligence ou ses plaintes sous le prétexte de subir le mauvais caractère de son patron. Il doit diriger son regard plus haut. Paul va en montrer la direction.

2. Conduite de l’employé vis-à-vis de son patron

2.1. Une activité qui ressemble à de la vénération

L’activité principale de l’employé qui le définit en tant que tel, au-delà de son profil de poste et des objectifs du mois, c’est l’obéissance.

Dans les versets 7 à 9, Paul encourage l’employé à suivre le modèle de sa soumission au Seigneur (idée reprise en Col 3.22). Balayons un malentendu : Paul ne dit pas que le maître terrestre vaut notre Maître céleste. Il ne s’agit pas de vénérer un pécheur. La figure de style employée est une comparaison (« comme au Christ », v. 5 ; « comme des esclaves de Christ », v. 6 ; « comme des esclaves du Seigneur », v. 7). L’accent est mis non sur la personnalité objective du patron, mais sur le zèle subjectif de l’employé. Et ce zèle ne doit ni plus ni moins s’inspirer du zèle chrétien envers le Seigneur !

2.2. Une attitude proche de la sainteté

• L’employé doit obéir « avec crainte et tremblement » : non avec terreur, mais en prenant la chose au plus haut degré de sérieux, du même sérieux avec lequel le chrétien met en œuvre son salut (Phil 2.12) ;

• L’employé doit obéir « dans la simplicité de [son] cœur » : la simplicité écarte la duplicité. L’employé se dévoue à sa tâche avec une sincérité innocente, dénuée de tout calcul (en 2 Cor 11.3, le terme est appliqué à la dévotion innocente dans le jardin d’Éden) ;

• L’employé doit obéir « non pas seulement sous leurs yeux, comme pour plaire aux hommes » (v. 6) : l’employé n’avait comme seule motivation que de plaire à celui qui détenait le terrible pouvoir de la punition afin d’en éviter la douleur. Paul détourne son regard de cet objectif : l’employé doit faire preuve d’un zèle désintéressé, même en l’absence du patron. Peut-être pourrions-nous ajouter qu’il ne travaille pas dans l’unique but d’obtenir une promotion (v. 6) ;

• L’employé doit obéir « de bon gré » : sans se plaindre, avec bonne volonté (v. 7), comme c’est le cas (ou devrait être le cas !) dans l’obéissance au Seigneur. L’équivalent spirituel de la comparaison se trouve en Philippiens 2.14 et éclaire ce point : « Faites toutes choses sans murmures et sans hésitations », où « le terme grec hésitations est souvent traduit par raisonnement(s) (Marc 7.21 ; Rom 1.21 ; 1 Cor 3.20), doutes (Luc 24.38s), ou opinions (Rom 14.1)10 ». L’employé, de même qu’il ne discute pas ou ne met pas en doute les ordres de son Seigneur céleste, ne contredit pas les ordres de son patron terrestre par des raisonnements stériles de mauvaise foi : « Exhorte les serviteurs à être soumis à leurs maîtres, à leur plaire en toutes choses, à n’être point contredisants. » (Tite 2.9)

Si le contexte a changé, la règle de conduite paulinienne conserve toute sa pertinence, car des tendances bien humaines demeurent aujourd’hui : celle d’en « faire le minimum » ou d’attendre que quelqu’un nous voie pour nous mettre à la tâche, ou encore d’être uniquement motivé par une promotion ou un bénéfice quelconque, etc. Ces principes, donnés par Paul et inspirés de Dieu, nous invitent à être attentifs encore aujourd’hui.

2.3. Une motivation renversée

Paul ne fournit pas seulement des règles de conduite. Après avoir pointé en modèle la référence absolue de l’obéissance, il en dévoile maintenant la motivation tout aussi céleste. La Bible n’a aucun malaise à parler d’intérêt. Elle le dirige simplement, sans tabou, vers le bon objet. Si récompense il doit y avoir, qu’elle vienne d’en haut : « […] sachant que chacun, soit esclave, soit libre, recevra du Seigneur selon ce qu’il aura fait de bien » (v. 8).

Paul applique au monde professionnel la règle générale adressée aux Corinthiens, selon laquelle chacun recevra « selon le bien ou le mal qu’il aura fait » (2 Cor 5.10 ; Ps 62.12 ; Ecc 12.14), à la (grande) différence que Paul ne retient là que le bien accompli et non le mal. C’est le signe clair qu’il ne s’agit pas ici d’avertir, mais de réconforter : l’employé zélé et diligent, s’il applique la conduite conseillée par Paul, ne doit pas se décourager si son patron n’apprécie pas la valeur de son travail à sa juste mesure. Le Maître au-dessus de tout maître et « qui voit dans le secret » (Mat 6.4,6,18) le récompensera en son temps.

3. Conduite du patron vis-à-vis de son employé

3.1. Faites de même !

Le verset 9 déroule le même schéma tripartite que celui de l’exhortation envers les employés : une activité, une attitude et une motivation.

« Et vous, maîtres, agissez de même à leur égard, et abstenez-vous de menaces.» (v. 9) Après avoir exhorté l’esclave à se soumettre sans faille à ses devoirs d’esclave en faveur du patron, Paul se tourne vers les maîtres pour leur dire une chose incroyable : « Faites de même » ! Autrement dit : « Patrons, soumettez-vous sans faille à vos devoirs de patrons pour le bien de votre employé. » Ou encore : « Vos employés vous servent, vous devez aussi les11 servir.  »

3.2. Éradication de l’arme typique du patron

L’interdiction de « menaces » ne concerne pas un usage vague et général. L’usage de l’article défini (litt. : « la menace12 ») spécifie l’interdiction. Tandis que la punition (qui n’est pas interdite par Paul) agit sur la base d’un fait établi, la menace effraie alors que le mal n’a pas été fait. La menace était si ancrée dans l’ADN du maître que celui-ci l’employait systématiquement, quasi inconsciemment. C’est ainsi qu’il pensait « motiver » son employé à obéir rapidement. Désormais, sous le règne de la grâce, toute motivation prend racine au ciel. De plus, le patron chrétien est, lui aussi, un obligé de Dieu, destiné à refléter le caractère de son Maître. Or, Dieu, s’il éduque parfois par la discipline (Héb 12.5-10) ou par les avertissements préventifs (Héb 4.1-13 ; 2 Pi 1.13 ; 3.1,17), n’use jamais d’intimidations manipulatrices envers son enfant.

3.3. Réciprocité des devoirs

Pourquoi abandonner la menace, abusive ? Parce qu’un juge impartial observe (v. 9). Paul, énonçant et le devoir d’abandonner la menace et la motivation pour le faire, pensait probablement à cette loi de Lévitique 25.43 qui énonce de même devoir et motivation du maître : « Tu ne domineras point sur [ton esclave] avec dureté, et tu craindras ton Dieu. »

Paul rappelle régulièrement à ses lecteurs le principe de Deutéronome 10.17 de l’impartialité de Dieu (Rom 2.11 ; Gal 2.6 ; Col 3.25), comme pour imposer un garde-fou à celui qui, détenant un pouvoir que sa faiblesse humaine maîtrise peu, serait tenté d’en faire un usage exacerbé. Aux Colossiens, il reformulera ainsi 1) ce frein à la tentation de la démesure, 2) le principe de réciprocité, et 3) la motivation céleste : « Maîtres, [1] accordez à vos serviteurs ce qui est juste et équitable, [2] sachant que vous aussi [3] vous avez un maître dans le ciel. » (Col 4.1) Quelques brèves leçons pour nous :

• Patrons et employés sont également responsables devant un même maître. Paul applique le principe qui traverse tout le passage (5.21 à 6.9) : une soumission mutuelle éphémère et terrestre, incarnant une soumission éternelle et spirituelle au Christ (5.21), qui est l’autorité suprême ;

• Paul freine la tendance naturelle du patron à traiter durement son personnel. Même si l’employé doit injustement perdre un procès contre son patron, le juge suprême ne laissera rien passer ;

• Dieu n’est pas fasciné par la chevalière en or ou les fonctions de haut rang du patron, comme il ne rejette pas la condition du plus indigent des ouvriers. Les distinctions si tenaces ici-bas n’ont pas cours en regard des lois célestes (Gal 3.28). Que tout homme bénéficiant d’une position supérieure ne considère pas cette supériorité comme une valeur absolue. Au ciel, chacun partagera la même table du Seigneur… et l’employé pourrait briller plus que son patron « selon la chair ».

Synthèse : enjeux et bénéfices d’un esprit chrétien au travail

Toute relation familiale saine prend racine dans une soumission mutuelle dans la crainte de Christ (5.21) : vie de couple (5.22-33), vie familiale (6.1-4) ou vie professionnelle (6.5-9). L’esprit dans lequel patrons ou employés convertis agissent est un esprit saint (sans jeu de mots). Employé, je ne trouve pas ma motivation au travail dans la personnalité du patron ; si je suis un patron, ce n’est pas l’attitude ou le comportement de mon employé qui inspire l’esprit de mes actions. Si, en surface, je travaille pour un homme ou pour mon entreprise, je travaille en réalité pour honorer le patron des patrons par une attitude qui doit manifestement sortir de l’ordinaire.

Paul ne lésine pas sur la sévérité de son exhortation à une obéissance quasi pieuse envers le patron. Mais (1) l’enjeu en vaut la peine : tout d’abord l’honneur de Christ. Se plaindre, voire se révolter, c’est mettre dans la bouche du Maître des paroles que celui-ci n’a jamais cautionnées ; et (2) Paul exhorte l’employé, mais notez qu’il ne juge jamais l’homme : il connaît le contexte difficile et souvent injuste de sa condition. Comment ne pas être tenté par l’indolence, les plaintes et la négligence envers ses devoirs quand on est constamment dégradé, méprisé, châtié et susceptible, à n’importe quel moment, d’être échangé sur la place du marché ? Il était acquis, à l’époque, que l’esclave s’était forgé une mauvaise réputation, bien malgré lui, à cause de la dureté de sa condition. Plusieurs auteurs de l’Antiquité, notamment Sénèque, s’insurgent que l’on puisse considérer les domestiques comme un fardeau : « Nous ne les avons pas pour ennemis, nous les faisons tels. »

Si la stratégie évangélique est bien la transformation des cœurs, il s’avère que des conséquences plus subtiles touchent jusqu’au terrain de l’injustice sociale et que la soumission peut être une arme efficace. Dans une lettre plus personnelle (à Philémon), Paul ne cache pas sa pensée vis-à-vis de l’esclavage : il exhorte pacifiquement son ami à affranchir son esclave au nom de Christ. Rappelons cette victoire à la fois discrète et extraordinaire : les fruits de cette tactique non violente seront progressivement récoltés, jusqu’à éradiquer l’esclavagisme de tout l13’Empire.

Obéissance rigoureuse, zèle désintéressé, soumission et devoirs réciproques… autant d’exhortations difficiles à entendre dans une société absorbée par l’adoration récente du dieu des loisirs. Qui sait si ce ne sont pas justement cette rigueur et ce dévouement professionnel d’hommes et de femmes transformés par l’Évangile, au comportement si éloigné de la mentalité présente, qui rendront perplexes nos semblables et les ouvriront à l’Évangile de la grâce ?

1 Loin de l’image véhiculée par les négriers du XVIIe s., il était courant de proposer ses « services » de la sorte, y compris chez des médecins ou des avocats. Cf. « La Bible condamne-t-elle l’esclavage ? » sur le site de GotQuestions. URL : http://www.gotquestions.org/Francais/Bible-esclavage.html> (consulté le 6.2.15). Voir aussi l’excellente série d’études de David Shutes, « La Bible et l’esclavage », sur le site d’Un poisson dans le net. URL : (consulté le 6.2.15).
2 Des textes secondaires seront ici ou là évoqués pour compléter nos propos : 1 Cor 7.20-24 ; 1 Tim 6.1 ; Col 3.22 ; Tite 2.9 ; 1 Pi 2.18.
3 Les termes grecs ????? et ???e???, rendus par « maison, maisonnée, domestiques, famille », désignent métonymiquement l’ensemble des habitants de la maison, parents et domestiques inclus (Mat 9.6 ; Éph 2.19; Gal 6.10 ; 1 Tim 3.4, etc.).
4 Remarquons, en marge, qu’il faudra attendre 1965, en France, avant qu’une femme puisse ouvrir un compte bancaire sans la permission de son mari.
5 Le latin privatif in-fans signifie : « non-parlant », c.-à-d. : « Celui qui n’a pas accès au langage », soit par le fait d’une structuration interne encore balbutiante, soit parce que la société estime inintéressant de lui accorder un droit d’opinion.
6 L’injonction grecque de soumission (Jac 4.7) était utilisée par l’officier à ses soldats, et pourrait se paraphraser ainsi : « Sur une seule ligne : je ne veux voir aucune tête dépasser ! » L’égalité des soumis semble incluse dans la notion de soumission. Si, dans l’ordre rédemptionnel, personne ne peut se prévaloir d’un droit plus élevé que celui d’un autre, cela laisse entendre, symétriquement, qu’aucun membre du royaume, le plus petit soit-il, n’est laissé pour compte (Matt 25.40 ; Luc 7.27s. ; 22.26).
7 Jean Chrysostome (IVe s. apr. J.-C.), Œuvres complètes, trad. M. Jeannin. Vol. X, p. 435-570. 
8 « Que tous ceux qui sont sous le joug de l’esclavage regardent leurs maîtres comme dignes de tout honneur, afin que le nom de Dieu et la doctrine ne soient pas calomniés [blasphémés]. » (1 Tim 6.1)
9 « Serviteurs, soyez soumis en toute crainte à vos maîtres, non seulement à ceux qui sont bons et doux, mais aussi à ceux qui sont d’un caractère difficile. » (1 Pi 2.18)
10 Nouvelle Bible Segond, note de traduction.
11 Cf. Jean Chrysostome, op. cit. : « Servez-les avec zèle. […] Le maître est lui-même un serviteur ».
12 Il faut distinguer la menace (apeilê) d’un discours d’avertissement (utilisé par Jésus, embrimaomai, Mat 9.30, bien malheureusement traduit par menacer ; une meilleure traduction est celle de faire une recommandation sévère). Dans ces cinq occurrences (Act 4.17, 29 ; 9.1 ; Éph. 6.8 ; 1 Pi. 2.23), la menace (apeilê) caractérise une pratique charnelle combattant la foi et l’Église. Jésus a toujours évité la menace, même lorsqu’il était durement éprouvé (1 Pi 2.23).
13 « Tandis que la force ouverte et des principes cachés de décadence attaquent et minent à la fois ce grand corps [l’Empire romain], une religion humble et pure jette sans effort des racines dans l’esprit des hommes, croît au milieu du silence et de l’obscurité, tire de l’opposition une nouvelle vigueur, et arbore enfin sur les ruines du Capitole la bannière triomphante de la croix. » Edward Gibbon (1776), Histoire de la décadence et de la chute de l’Empire romain, vol. 3, chap. XV, Paris : Lefèvre, 1819, p. 1.

Frédéric Mondin

Ne manquez plus rien!

Abonnez-vous dès maintenant aux infos de AdoreDieu.com et recevez chaque jour la pensée du jour, la citation du jour, des enseignements, des témoignages...

mm

Auteur: La rédaction

La vision d'adoreDieu.com est d'impacter les médias via l'Evangile. Vous êtes témoin d'une actualité, informez-en la rédaction à redaction@adoredieu.com. N'hésitez pas à nous faire part de votre témoignage, de ce que Dieu a fait dans votre vie, en vous inscrivant sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Passez sur autre article

mot exacte
chercher dans les titre
chercher dans les contenus
chercher dans l'article
chercher dans les pages
acf
lifestyle
pensee
citation
actualite
temoignage
enseignement
musique
parole
Filtrer par Categories
Actu Chrétienne
Actualité
Albums
Blogs
Citation du jour
Clips vidéo
Conversions
Dossiers
Églises
Enseignement du jour
Enseignements
Entreprenariat
Famille
Fondements de la foi
Gospel
Guérisons
Internautes
Jeunesse
La Famille
Louange africaine
Louange anglophone
Louange française
Louange hispanophone
Monde
Musique
Musique du jour
non catégorisé
Non classé
Partenaires
Pensée du jour
Relations
Santé
Servir Dieu
Société
Sorties D'albums
Témoignage du jour
Textes
Video
Video Enseignements
Vie pratique

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières nouvelles.

Advertise

Visionnez la dernière vidéo
Soyez déterminé - Walter Zanzen
Instagram
  • 👉Rejoignez notre équipe... 😀
  • Qu'aimerais-tu dire à Dieu en ce moment ?
  • Image Instagram
  • Image Instagram
  • Image Instagram

6a0aeed9a51a2069f5d53d696e875f52nnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn