Le service des Lévites au désert (2) – G. André

par La rédaction le 27 Avr, 2017

 Le service des Lévites au désert (suite)


                        Les Guershonites (Nom. 4 : 21-28)

            Les Guershonites portaient la partie « textile » du tabernacle, à l’exception du voile du lieu très saint : les tapis, la tente, les couvertures et le rideau d’entrée du sanctuaire ; ils avaient aussi la charge des tentures du parvis et du rideau qui y donnait accès.
            Le rideau du lieu saint nous parle de Christ dans son humanité. Il était tissé de bleu, de pourpre, d’écarlate et de fin coton retors, en ouvrage de brodeur, mais sans chérubins. Les dix tapis qui formaient le tabernacle lui-même, recouvrant les ais, étaient faits des mêmes matériaux, parmi lesquels le fin coton occupe la première place. Ils sont, entre autres, une figure des croyants qui, unis ensemble par le Saint Esprit, forment la maison de Dieu.
            Par-dessus les dix tapis venaient onze tapis de poil de chèvre, un peu plus longs que les premiers, recouvrant le tout - figure de la séparation de toute influence et souillure extérieures, que doivent garder ceux qui composent la maison de Dieu.
            Mais la séparation n’est pas tout, elle conduirait toute seule au légalisme. Par-dessus la tente de poil de chèvre venait la couverture de peaux de béliers teintes en rouge. Le bélier était l’offrande de consécration et le rouge nous parle du sang. Cette couverture évoque le dévouement de Christ jusqu’à la mort, que les rachetés ont en quelque mesure à imiter.
            Puis à l’extérieur se trouvait la couverture de peaux de taissons, d’une couleur de terre, sans apparence. Tels doivent être les chrétiens, tel fut leur Maître.
            Les Guershonites transportaient, à travers le désert, ces quatre couvertures, figure du ministère et des exercices personnels qui tendent à former les saints à refléter Christ. En première ligne, c’est en Le considérant que nous reproduisons son image ; mais vient aussi le côté de l’exhortation, de la répréhension, de la mise en garde - ce qui amène les saints à revêtir les caractères moraux qui conviennent à la maison de Dieu.
            Les beaux tapis n’apparaissaient que dans le sanctuaire. C’est là, dans la présence de Dieu seulement, que les croyants sont vus en Christ, revêtus de ses mérites, partageant sa gloire. A l’extérieur on ne voyait que les peaux de taissons. Les deux autres couvertures, le poil de chèvre et les peaux de béliers se trouvaient entre les deux autres. En effet la séparation est intérieure ; Daniel arrêta « dans son cœur » qu’il ne se souillerait pas (Dan. 1 : 8). Et le dévouement ne doit pas être affiché ou bruyant ; il découle de la communion de l’âme qui aime son Seigneur.
            Les quatre choses sont liées. La séparation du mal sans dévouement de cœur conduit au légalisme, à l’hypocrisie, au pharisaïsme. Le dévouement sans séparation, sans humilité, tourne à la philanthropie - « pour être vu des hommes » (Matt. 6 : 5). Si l’on ne pense qu’à la couverture extérieure et aux « devoirs » qu’impliquent les autres, on se décourage ; il faut aussi considérer les tapis intérieurs - les rachetés tels qu’ils sont vus « dans le sanctuaire ». Mais se contenter de proclamer ce que nous sommes en Christ et ne pas marcher dans la séparation et l’humilité, mène à la ruine.
            Les femmes intelligentes que leur cœur y avait portées, avaient filé dans leur tente ; les unes le bleu, la pourpre, l’écarlate et le fin coton, et d’autres le poil de chèvre. C’est dans le cercle de la famille que sont formés les cœurs qui feront partie de la maison de Dieu. S’il n’y a pas séparation pratique du monde dans la famille, elle fera aussi défaut dans l’assemblée. Leur travail accompli, les femmes apportaient leurs fils au tabernacle. Ils étaient tissés pour former les tapis et la tente. Dorénavant elles ne les verraient plus, mais elles auraient l’assurance dans leurs cœurs que les matériaux filés avec tant de soin avaient contribué à l’édification de la maison de Dieu. Encouragement précieux pour les mères chrétiennes et pour tous ceux qui s’occupent des enfants et de la jeunesse.
            Les Guershonites transportaient aussi les tentures de l’enceinte extérieure du tabernacle. La longueur de ces tentures, hautes de cinq coudées, était égale à celle qu’auraient eue les tapis mis bout à bout - le témoignage extérieur doit correspondre à la vie intérieure ! Ces tentures étaient blanches : aucune souillure ne devait pénétrer dans l’enceinte ; d’autre part, le témoignage extérieur du croyant doit être marqué par la justice pratique.
            Combien est important le ministère qui développera chez les enfants de Dieu ces divers caractères moraux, soit en rapport avec le sanctuaire, soit avec la vie et le témoignage extérieurs. Nous le trouvons dans plusieurs épîtres, comme les Ephésiens, la seconde partie des Colossiens, les Thessaloniciens, les Philippiens et d’autres encore. « Perfectionnez-vous » (2 Cor. 13 : 11), dira l’apôtre aux Corinthiens - que la vie de Christ soit toujours mieux manifestée en vous. Les familles des Guershonites avaient été choisies « pour servir et pour porter » (v. 24). C’est un labeur, une charge, que d’accomplir fidèlement ce ministère et de vivre ces exercices, qui amèneront à la manifestation des caractères de Christ dans les saints. Tâche des mères de famille... et des pères aussi ; travail des pasteurs du troupeau.

 
                        Les Mérarites (Nom. 4 : 29-33)

            Les Mérarites transportaient à travers le désert l’ossature même du tabernacle : les ais et leurs traverses, les piliers, les bases du sanctuaire ; les piliers du parvis, leurs bases, leurs pieux et leurs cordages.
            Sans les bases, les ais n’auraient pu tenir debout. Sans les ais bien unis ensemble, il n’y aurait pas eu de support pour les tapis, la tente et les couvertures. Sans les piliers du parvis, les tentures blanches auraient traîné au sol. Et sans les bases d’airain sous les piliers, tout se serait écroulé.
            Il y a, en rapport avec la vie chrétienne et la maison de Dieu sur la terre, un enseignement fondamental, doctrinal, qui produit chez les jeunes croyants une « bonne constitution ». Sans doute faut-il donner du lait aux petits enfants en Christ ; mais il s’agit de croître et d’être apte à recevoir de la viande.
            Les enfants, en grandissant, posent des questions à leurs parents : « Que signifient pour vous ces pierres ? » (Jos. 4 : 6), et à propos de la Pâque : « Que signifie pour vous ce service ? » (Ex. 12 : 26). Privilège des parents de répondre clairement, selon que l’enfant ou le jeune peut le saisir, de façon à former progressivement cette structure qui soutiendra l’édifice de leur foi. Si les croyants individuellement, ou les assemblées locales, ne sont pas établis et fondés dans la vérité, ils ne seront plus que « de petits enfants, ballottés et emportés çà et là à tout vent de doctrine » (Eph. 4 : 14).
            Aucun des nombreux objets transportés par les Mérarites ne devait être oublié : « Vous leur compterez, en les désignant par nom, les objets qu’ils auront charge de porter » (Nom. 4 : 32). Ithamar, fils d’Aaron le sacrificateur, en avait la haute charge ; on peut penser aussi que les Lévites, qui avaient dépassé l’âge de cinquante ans et ne portaient plus, s’employaient, aussi dans ce cas-là, à « garder ce qui doit être gardé ». N’est-ce pas une figure de ceux que, peut-être, l’âge et les infirmités entravent dans le service actif, mais qui ont à cœur que rien ne soit perdu des vérités précieuses et fondamentales reçues par la Parole, afin que, dans le ministère de ceux qui leur succèdent, elles continuent à être mises en valeur, chacune à sa place. Une telle recommandation n’est pas donnée aux Kehathites, qui n’auraient pas oublié le chandelier ou la table ; mais un Mérarite aurait pu laisser de côté, ou perdre en route, un pilier ou un cordage ! Chaque objet, chaque vérité fondamentale, fait partie d’un tout ; elle est essentielle pour que le tout soit complet, mais  inutile toute seule.
            Pour faciliter le transport des parties du tabernacle qui leur incombaient, les Guershonites et les Mérarites disposaient des chariots que les princes des douze tribus leur avaient fournis (Nom. 7 : 3-9). Nous pourrions y voir l’aidematérielle que ceux qui bénéficient du ministère ont à fournir aux frères qui l’exercent : « Que celui qui est enseigné dans la Parole fasse participer à tous les biens temporels celui qui enseigne » (Gal. 6 : 6). Pas seulement la dîme, mais l’hospitalité, la détente, l’assistance pour les déplacements, les facilités diverses que chacun de nous peut apporter aux serviteurs du Seigneur, soit lors de leur service actif, soit quand l’âge aura ralenti leurs pas !
            Sans le service des Mérarites, pas de tabernacle dressé, pas de structure, pas de fondements. Sans le service des Guershonites, pas de couvertures, pas de tentures, mais un édifice incomplet, nu et dur. Sans le service des Kehathites, pas de culte, pas de présence divine ! Les fonctions des trois familles étaient aussi indispensables les unes que les autres. Telle est la conclusion de notre chapitre : « On les dénombra... chacun selon son service et selon son fardeau » (v. 49). Pas de rivalité, pas d’empiètement de l’un sur l’autre, pas de jalousie qui dénigre, mais chacun à sa place, coopérant, se relayant dans les longues étapes, toujours sous la direction des sacrificateurs et l’autorité suprême d’Aaron.
            Quand le camp s’ébranlait (Nom. 10 : 12-21), la nuée donnait le signal du départ, les trompettes retentissaient, puis trois tribus se mettaient en marche. On démontait le tabernacle et les fils de Guershon et les fils de Mérari partaient à leur tour. Puis trois autres tribus suivaient, et les Kehathites partaient, portant le sanctuaire. En attendant leur arrivée, on dressait le tabernacle. Pour que le culte puisse être rendu, il faut que la maison de Dieu soit établie sur ses bases, au moins ce qui en est l’expression. Il y faut la séparation du monde et le témoignage pratique. Alors étaient amenés les objets du sanctuaire : les Lévites ayant achevé leur travail, les sacrificateurs pouvaient à nouveau remplir leur office, et faire monter devant Dieu la fumée de l’holocauste continuel et l’encens saint à l’autel d’or.
            Sans doute chacun de ces trois genres de ministère : la doctrine fondamentale, la formation des caractères de Christ dans les saints, la présentation de Sa personne, n’est-il pas l’apanage exclusif d’un serviteur particulier. Pourtant tel serviteur du Seigneur sera marqué plus par l’un que par l’autre ; les épîtres distinguent entre les dons de docteur, de pasteur, de prophète. Mais qu’ils soient exercés par une ou plusieurs personnes, les trois caractères de ce ministère sont essentiels, dans toutes leurs parties et leurs détails, pour le bien de l’ensemble. Et tout dépend du chef, le Christ « de qui tout le corps, bien ajusté et lié ensemble par chaque jointure qui le soutient, produit, selon l’opération de chaque partie dans sa mesure, la croissance de ce corps pour être lui-même édifié en amour» (Eph. 4 : 16).

 
                              Purification et consécration (Nom. 8 : 5-22) 

            Contrairement à ce que nous aurions peut-être pensé, la Parole nous présente la purification et la consécration des Lévites après nous en avoir décrit le service, et non avant. C’est que le service appartient au Seigneur ; Il y appelle qui Il veut. En Actes 20 : 24, Paul dit : « Pourvu que j’achève ma course et le service que j’ai reçu du Seigneur Jésus ».
            Au début de ce chapitre 8 des Nombres brille la lumière du chandelier, montrant que la purification des Lévites doit avoir lieu en laissant la lumière divine éclairer les motifs intérieurs du cœur comme aussi les actes.
            Il ne s’agit pas ici de conversion, mais de préparation morale indispensable pour le service. Dans la Parole, préparation intérieure et formation se retrouvent dans la vie de plus d’un serviteur de Dieu. Lors de sa conversion, Paul était déjà désigné pour porter le nom du Seigneur devant les nations ; mais bien des années se sont écoulées jusqu’à ce que Barnabas aille le chercher à Tarse pour l’amener à Antioche où ils enseignèrent ensemble dans l’assemblée - Paul était alors un jeune lévite de « vingt-cinq ans » ! Après une période à Antioche, l’Esprit Saint met à part Barnabas et Saul pour l’œuvre à laquelle il les avait appelés (Act. 13 : 2). Paul entrait alors dans le plein service d’un Lévite âgé de trente ans. Avant d’accomplir l’œuvre pour laquelle Dieu l’avait préparé, Moise est longuement formé, si bien qu’il dépasse l’âge de la vigueur humaine fixé à 80 ans dans le Psaume 90 qu’il a lui-même écrit. Toute la force d’en haut était nécessaire pour qu’il pût suffire à sa tâche. Un long temps s’écoule jusqu’au moment où Josué prendra la tête du peuple. Avec patience et condescendance, l’Eternel éduque Gédéon jusqu’au jour de la victoire sur les Madianites.
            Cette « préparation » au service comporte divers aspects, dont le premier est la purification : l’aspersion de l’eau, le rasoir, et le lavage des vêtements.
            L’eau de purification du péché rappelle la génisse rousse de Nombres 19, dont les cendres mêlées à l’eau, étaient aspergées sur celui qui avait manqué, afin d’opérer sa restauration. Le souvenir de la mort de Christ, entièrement consumé dans le feu du jugement alors qu’il était « fait péché pour nous » (2 Cor. 5 : 21), appliqué à la conscience, rétablit la communion après que le péché a été confessé. Moise devait faire aspersion sur les Lévites ; ils ne faisaient pas aspersion sur eux-mêmes de l’eau de purification. Nous n’avons pas à nous « faire mourir » nous-mêmes, mais à accepter par la foi, comme une chose accomplie, notre mort avec Christ.
            En revanche, les Lévites eux-mêmes devaient faire passer le rasoir sur toute leur chair. Cela correspond au « mortifiez » et au « rejetez » de Colossiens 3, c’est-à-dire à un jugement de soi-même toujours à renouveler. Ou comme le dit encore l’apôtre Paul : « Portant toujours, partout, dans le corps, la mort de Jésus, afin que la vie de Jésus, aussi, soit manifestée dans notre corps » (2 Cor. 4 : 10). Bien des choses sont à réviser et à retoucher dans nos pensées et notre comportement, si nous désirons vraiment servir le Seigneur.
            Enfin, les Lévites devaient laver leurs vêtements. Le témoignage extérieur, la manière de vivre, ceux que l’on fréquente - tout doit être soumis à l’action de la Parole, afin de laisser de côté ce qu’elle n’approuve pas. Remarquons que cette mise au point du témoignage extérieur vient en dernier lieu, après l’opération intérieure de l’eau de purification et du rasoir.
            Venaient ensuite les sacrifices. Les Lévites, lors de leur consécration, étaient rendus conscients de la nécessité d’offrir cinq sacrifices :
                      - L’agneau de Pâque offert pour que les premiers-nés dont ils avaient pris la place, fussent rachetés (v. 16-17).
                      - La génisse rousse dont l’eau de purification avait été aspergée sur eux.
                      - Le sacrifice pour le péché représenté par le taureau, sur la tête duquel ils posaient la main.
                      - L’holocauste, pour lequel était de même offert un taureau : une pleine contemplation par la foi de la mort de Christ s’offrant à Dieu pour le glorifier ; là aussi les Lévites posaient la main sur la tête de l’offrande.
                      - Enfin, l’offrande de gâteau liée à l’holocauste, rappelant la vie parfaite de Christ, glorifiant Dieu jusqu’au bout.

            Sur la tête des Lévites les fils d’Israël posaient leurs mains, s’identifiant ainsi avec eux. Combien est heureuse cette main d’association envers les serviteurs du Seigneur, qui ainsi peuvent jouir de la communion de leurs frères, et éviter toute indépendance. A Antioche, les « prophètes et les docteurs » sont dans le jeûne et dans la prière, jusqu’à ce qu’ils « laissent aller » ceux que le Seigneur avait appelés par son Esprit (Act. 13 : 1-3). L’assemblée ne cesse ensuite de les recommander à la grâce du Seigneur (Act. 14 : 26). Dans la période de la grâce et du Saint Esprit, c’est le Seigneur lui-même qui appelle, forme et envoie ses serviteurs. Il y aura chez l’ouvrier le désir de la communion de ses frères, comme il faudra du discernement pour soutenir moralement et spirituellement un serviteur. En procédant pas à pas, avec humilité et dépendance, la confiance s’établira progressivement, sans doute souvent non sans beaucoup d’exercices nécessaires et salutaires, si le Seigneur le veut.
            « Après cela », les Lévites étaient offerts en offrande tournoyée à l’Eternel. L’offrande tournoyée - de même dans les sacrifices - était présentée à Dieu de tous les côtés, sous toutes ses faces ; elle était donnée à Dieu sans réserve pour soi-même, sans partie non éclairée ; tout était consacré, « entièrement donné » au Seigneur (Nom. 8 : 16). De fait, pour nous, il ne s’agit pas d’un don, d’une offrande que nous présentons à Dieu ; mais nous laissons le Seigneur prendre possession de tout ce qui Lui appartient de droit : nos cœurs, nos vies, nos membres (Rom. 6 : 13, 19 ; 12 : 1).
            « Après cela », est-il répété encore une fois au verset 22, les Lévites venaient pour faire leur service. Ils avaient été mis à part et purifiés ; les sacrifices sur lesquels ils avaient posé la main avaient été présentés à Dieu en offrande tournoyée ; alors seulement, ils pouvaient servir. S’engager dans l’œuvre du Seigneur, si peu apparent soit le service, est une chose sérieuse. S’occuper d’un groupe d’enfants à l’école du dimanche, ou prononcer une prière dans l’assemblée, demande d’avoir affaire personnellement avec Lui tout autant que pour répondre à son appel pour présenter la Parole dans le rassemblement ou s’engager dans la diffusion de l’évangile au dehors ; ou encore pour partir au loin, là où le Maître désire nous envoyer. Esaïe dit du parfait Serviteur : « Il ne se lassera pas et il ne se hâtera pas » (42 : 4). Celui qui se hâte de s’engager dans un service, se lassera bientôt, car les sujets de découragement et de larmes ne manquent pas. Mais le jeune croyant qui se sera laissé former, purifier, établir par le Seigneur - qui aura été exercé pour accomplir ce qui était placé devant lui, avec humilité et dépendance, en recherchant la communion de ses frères - pourra, par la grâce de Dieu et la force d’en-haut, persévérer dans l’activité confiée. Mais jamais, si éminent que soit le serviteur, il ne sera capable par lui-même de quoi que ce soit : « Non pas que nous soyons capables... mais notre capacité vient de Dieu », dit l’apôtre Paul (2 Cor. 3 : 5). « Si quelqu’un sert, qu’il serve comme par la force que Dieu fournit », ajoute Pierre (1 Pier. 4 : 11).

                                                                                       D’après G. André

Ne manquez plus rien!

Abonnez-vous dès maintenant aux infos de AdoreDieu.com et recevez chaque jour la pensée du jour, la citation du jour, des enseignements, des témoignages...

mm

Auteur: La rédaction

La vision d'adoreDieu.com est d'impacter les médias via l'Evangile. Vous êtes témoin d'une actualité, informez-en la rédaction à redaction@adoredieu.com. N'hésitez pas à nous faire part de votre témoignage, de ce que Dieu a fait dans votre vie, en vous inscrivant sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Passez sur autre article

mot exacte
chercher dans les titre
chercher dans les contenus
chercher dans l'article
chercher dans les pages
acf
lifestyle
pensee
citation
actualite
temoignage
enseignement
musique
parole
Filtrer par Categories
Actu Chrétienne
Actualité
Albums
Blogs
Citation du jour
Clips vidéo
Conversions
Dossiers
Églises
Enseignement du jour
Enseignements
Entreprenariat
Famille
Fondements de la foi
Gospel
Guérisons
Internautes
Jeunesse
La Famille
Louange africaine
Louange anglophone
Louange française
Louange hispanophone
Monde
Musique
Musique du jour
non catégorisé
Non classé
Partenaires
Pensée du jour
Relations
Santé
Servir Dieu
Société
Sorties D'albums
Témoignage du jour
Textes
Video
Video Enseignements
Vie pratique

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières nouvelles.

Advertise

Visionnez la dernière vidéo
C'est l'heure de votre jubile - Franck Alexandre
Instagram
  • 👉Rejoignez notre équipe... 😀
  • Qu'aimerais-tu dire à Dieu en ce moment ?
  • Image Instagram
  • Image Instagram
  • Image Instagram

176cd5be7eeedafa86f801fbf555e1a9HHHHHHHHHHHHHHHHH