La sacrificature – Watchman Nee

par Watchman Nee le 23 Déc, 2015



La Bible nous parle du ministère de la sacrificature. Ce ministère consiste en un groupe de personnes qui sont totalement séparées du monde afin de servir Dieu. Elles n'ont aucune autre occupation ni devoir que de servir Dieu. De telles personnes sont appelées sacrificateurs dans la Bible.

I. L'HISTOIRE DE LA SACRIFICATURE DANS LA BIBLE

Dès le livre de Genèse, nous voyons Dieu appeler des hommes à être sacrificateurs. Melchisédek fut le premier sacrificateur de Dieu. Au temps d'Abraham, Melchisédek fut mis à part pour se consacrer entièrement au service de Dieu.

A. Depuis la Genèse jusqu'à l'ascension du Seigneur

├Ç partir de la Genèse, jusqu'à la constitution de la nation d'Israël et au-delà, la sacrificature a toujours été présente. Pendant que le Seigneur était sur la terre et même après Son ascension, la sacrificature n'a jamais cessé d'exister. La sacrificature existe depuis longtemps. La Bible nous montre que même le Seigneur Jésus est devenu sacrificateur devant Dieu après Son ascension dans les cieux. Il est là aujourd'hui, complètement consacré au service de Dieu.

B. Dans la dispensation de l'Église

La sacrificature continue pendant la dispensation de l'Église, il n'y a aucune interruption.

C. Dans le royaume millénaire

Au début du royaume millénaire, ceux qui auront part à la première résurrection seront sacrificateurs de Dieu et de Christ et ils régneront avec Lui pendant mille ans (Ap 20.6). Les enfants de Dieu continueront d'être les sacrificateurs de Dieu pendant mille ans. Ils seront des rois pour le monde et des sacrificateurs pour Dieu. Cette sacrificature demeurera inchangée, elle continuera de servir Dieu.

D. Dans les nouveaux cieux et la nouvelle terre

Dans les nouveaux cieux et la nouvelle terre, le terme sacrificateur cessera d'exister. ├Ç ce moment, tous les enfants de Dieu, en tant que Ses serviteurs, ne feront rien d'autre que de Le servir. Dans la Nouvelle Jérusalem « Ses esclaves Le serviront » (22.3). En d'autres termes, les enfants de Dieu continueront de Le servir.

Nous devons faire remarquer une chose merveilleuse. La sacrificature a commencé avec Melchisédek, celui qui était sans père, sans mère, sans généalogie, qui n'avait ni début de jour ni fin de vie (Hé 7.3), et elle s'étend jusqu'à la fin du millenium, ce qui signifie qu'elle s'étend jusque dans l'éternité.

II. LE ROYAUME DE SACRIFICATEURS DEVIENT
LA MAISON DE SACRIFICATEURS

Selon la révélation de l'Écriture, l'intention de Dieu n'est pas d'avoir simplement une ou deux personnes comme sacrificateurs. Son intention est que chaque membre de Son peuple soit Son sacrificateur.

A. Dieu a choisi les Israélites pour être un royaume de sacrificateurs

Après être sortis d'Égypte, les Israélites sont arrivés au mont Sinaï. Dieu a commandé à Moïse de leur parler en disant : « Vous serez pour moi un royaume de sacrificateurs et une nation sainte » (Ex 19.6). Dieu a dit aux Israélites qu'ils seraient un royaume de sacrificateurs. Cette expression est quelque peu difficile à comprendre. Pourquoi Dieu leur a-t-Il dit qu'ils seraient un royaume de sacrificateurs ? Cela signifie qu'Il voulait que toute la nation soit des sacrificateurs. Personne dans la nation ne serait une personne ordinaire, le royaume tout entier serait constitué de sacrificateurs. C'était l'intention de Dieu.

Lorsque Dieu a choisi Israël pour être Son peuple, Il leur a établi cet objectif. Cette nation devait être différente de toutes les autres nations de la terre. C'était un royaume de sacrificateurs. Toutes les personnes de cette nation devaient être sacrificateurs. Cela signifie que toutes les personnes de la nation n'auraient qu'une seule occupation, celle de servir Dieu. Dieu se réjouit de séparer les hommes de la terre pour Son service. Il se réjouit de voir les hommes vivre uniquement pour Son œuvre. Dieu veut que tous Ses enfants soient des sacrificateurs et qu'ils Le servent.

Quand ils sont arrivés au mont Sinaï, Dieu a dit au peuple d'Israël qu'Il ferait d'eux un royaume de sacrificateurs. C'était une vocation merveilleuse. Nous appelons l'Angleterre « le royaume de la marine », les États-Unis « le royaume de l'or », la Chine « le royaume des manières et des vertus » et l'Inde « le royaume des philosophes ». Mais il existe un royaume qui s'appelle « le royaume de sacrificateurs ». C'est une chose merveilleuse. Dans cette nation, tous sont sacrificateurs. Les hommes, les femmes, les adultes et les enfants, tous sont sacrificateurs. Tous les citoyens de cette nation ne servent que Dieu. Aussi bien les adultes que les enfants n'ont qu'une seule occupation ÔÇö offrir des sacrifices et servir Dieu. C'est un tableau merveilleux.

Après avoir promis d'établir Israël comme un royaume de sacrificateurs, Dieu a ordonné à Moïse de gravir la montagne pour recevoir les Dix Commandements qui étaient écrits sur deux tablettes de pierre. Moïse est resté sur la montagne quarante jours, pendant que Dieu écrivait les Dix Commandements sur les tablettes de pierre. Le premier commandement dit : « Tu n'auras pas d'autres dieux devant ma face. » Le second dit : « Tu ne te feras point d'image taillée » (20.3-4). Il semble que Dieu dictait les commandements un par un.

B. Les Israélites ont servi des idoles

Pendant que Moïse était sur la montagne, le peuple au pied de la montagne s'est étonné de son retard. Il a dit à Aaron : « Allons, fais-nous un dieu qui marche devant nous » (32.1). Aaron a cédé à leur demande, a ramassé l'or nécessaire et a fait fondre un veau d'or. Le peuple a ensuite adoré le veau d'or et a dit : « Israël, voici ton dieu, qui t'a fait sortir du pays d'Égypte » (v. 4).

Ils ont commencé à adorer l'idole. Ils se sont assis pour manger et boire et ils se sont levés pour se divertir. Ils se sont fait plaisir en faisant la fête. Ils s'étaient enfin trouvé un dieu en or qu'ils pouvaient contempler. Le Dieu que Moïse enseignait était mystérieux, on ne pouvait pas savoir oú Il habitait ni oú Il se trouvait. Même Moïse, celui qui adorait ce Dieu, semblait avoir disparu. Maintenant, il y avait ce veau d'or visible qu'ils pouvaient adorer. Dieu les avait nommés sacrificateurs, mais avant même qu'ils ne puissent être Ses sacrificateurs, ils sont devenus sacrificateurs envers le veau d'or. Le désir de Dieu était qu'ils deviennent un royaume de sacrificateurs. Mais même avant qu'ils ne puissent faire cela, ils s'étaient tourné vers l'adoration des idoles et servaient le veau d'or. Ils avaient établi d'autres dieux et d'autres formes d'adoration en dehors de Jahvé leur Dieu.

C'est le concept que l'homme se fait de Dieu. L'homme essaie toujours de se faire son propre dieu et de l'adorer comme il l'entend. L'homme aime adorer un dieu qu'il a créé de ses propres mains. Il n'accepte pas la souveraineté de Dieu dans Sa création. Il n'aime pas Le reconnaître comme Créateur.

C. Dieu a attribué la sacrificature à la tribu de Lévi

Après un temps passé sur la montagne, Dieu a dit à Moïse de redescendre. Moïse est redescendu de la montagne avec dans les mains les deux tablettes du témoignage, les Dix Commandements. En s'approchant du camp, il s'est aperçu de la condition du peuple, sa colère s'est enflammée et il a jeté les deux tablettes. Se tenant aux portes du camp, il a dit : « ├Ç moi ceux qui sont pour l'Éternel ! » (v. 26). Tous les fils de Lévi se sont assemblés auprès de lui. Il leur a dit : « Que chacun de vous mette son épée sur sa cuisse ; passez et revenez d'une porte à l'autre dans le camp, et que chacun de vous tue son frère, et chacun son compagnon, et chacun son intime ami » (v. 27). Ils devaient tuer toutes les personnes qu'ils voyaient. Puisque le peuple avait adoré l'idole, le veau d'or, ceux qui étaient fidèles devaient brandir l'épée et les tuer, quelle que soit la relation qu'ils avaient avec eux.

Beaucoup de personnes pensent que cet ordre était trop cruel. Qui peut tuer son propre frère ? Qui a le courage de tuer ses propres amis ? Onze tribus sur les douze n'ont pas bougé. Elles trouvaient que le coût était trop élevé. Par conséquent, seule la tribu de Lévi a levé l'épée, elle est passé de porte à porte dans le camp et a tué ce jour-là environ trois mille hommes. Ceux qui étaient tués étaient les frères, les compagnons et les amis intimes des Lévites.

Réfléchissons à cela un peu. Après l'incident du veau d'or, Dieu a immédiatement dit à Moïse qu'à partir de ce moment-là, la nation d'Israël ne pouvait plus être un royaume de sacrificateurs. Même si rien n'a été explicitement dit à cet effet, Dieu a décidé d'attribuer la sacrificature à la seule tribu de Lévi. La sacrificature était à l'origine pour l'ensemble de la nation d'Israël. Après cet épisode, la sacrificature était limitée à la maison d'Aaron de la tribu de Lévi.

D. Le peuple de Dieu et les sacrificateurs de Dieu
sont devenus deux groupes distincts

Depuis ce jour, il y a toujours eu deux groupes de personnes dans la nation d'Israël. L'un était le peuple de Dieu et l'autre, les sacrificateurs de Dieu. L'intention originelle de Dieu était que tout Son peuple soit Ses sacrificateurs. Dieu n'avait aucune intention de séparer Ses sacrificateurs de Son peuple. Il voulait que la nation tout entière soit un royaume de sacrificateurs. Le peuple de Dieu et les sacrificateurs de Dieu auraient dû être réunis. Tous ceux qui faisaient partie du peuple auraient dû être Ses sacrificateurs. ├Ç partir du moment oú une personne faisait partie du peuple de Dieu, elle aurait dû être un sacrificateur de Dieu. ├ètre Son peuple aurait dû signifier être Ses sacrificateurs. Tout Son peuple devait être Ses sacrificateurs. Cependant, beaucoup ont aimé le monde et ont succombé à l'affection humaine et se sont détournés de la fidélité pour adorer l'idole. Par conséquent, le peuple de Dieu et Ses sacrificateurs sont devenus deux groupes bien distincts. ├Ç partir de ce moment, si un homme n'aimait pas le Seigneur plus que son père, sa mère, sa femme, ses enfants, son frère, sa sœur et tout le reste, il était inapte à être un disciple du Seigneur. Beaucoup ne pouvaient pas atteindre cette condition, car ils n'étaient pas prêts à payer le prix. ├Ç partir de ce moment, la nation d'Israël était divisée en deux groupes : le peuple de Dieu et Ses sacrificateurs.

E. La sacrificature est devenue le privilège d'une maison

├Ç partir de ce jour, le royaume de sacrificateurs est devenu une tribu de sacrificateurs. L'étendue de cette sacrificature était réduite d'un royaume de sacrificateurs à une maison de sacrificateurs. La sacrificature est devenue l'affaire d'une maison plutôt que celle d'une nation. ├Ç l'intérieur de la tribu de Lévi, le peuple de Dieu et les sacrificateurs de Dieu étaient réunis, c'est-à-dire que Son peuple et Ses sacrificateurs étaient un. Pour ce qui est des onze autres tribus, le peuple de Dieu n'était rien d'autre que Son peuple, elles ne pouvaient plus être Ses sacrificateurs. Ceci est très grave. Il est très grave qu'une personne croie, qu'elle fasse partie du peuple de Dieu, sans pourtant être sacrificateur.

III. LA CARACTÉRISTIQUE DE LA SACRIFICATURE :
├èTRE UNE CLASSE INTERMÉDIAIRE

Depuis l'Exode jusqu'au moment oú le Seigneur Jésus était sur la terre, aucune autre tribu que celle de Lévi ne pouvait fonctionner comme sacrificateur. Le peuple de Dieu ne pouvait pas offrir des sacrifices à Dieu. Les sacrifices des Israélites devaient se faire à travers les sacrificateurs. Ils ne pouvaient même pas venir à Dieu pour confesser leurs péchés, ils devaient les confesser à travers les sacrificateurs. Ils ne pouvaient pas se séparer du monde, parce qu'ils n'avaient pas le droit de toucher l'huile de l'onction. Seuls les sacrificateurs pouvaient oindre et sanctifier une personne. Tous les services spirituels devaient être accomplis par les sacrificateurs de la part du peuple.

Une caractéristique des Israélites de l'Ancien Testament était que Dieu était loin d'eux. N'importe qui ne pouvait pas entrer en contact avec Lui. Dans l'Ancien Testament nous voyons l'évolution de la sacrificature, que j'appelle la classe intermédiaire. L'homme ne pouvait pas aller directement à Dieu. Le peuple de Dieu devait passer par les sacrificateurs pour pouvoir s'approcher de Dieu. Ils ne pouvaient pas avoir de communion directe avec Dieu. Dieu venait aux hommes à travers les sacrificateurs et l'homme venait à Dieu à travers les sacrificateurs. Entre Dieu et l'homme, il existait une classe intermédiaire. L'homme ne pouvait pas venir directement à Dieu, et Dieu ne pouvait pas venir directement à l'homme. Entre Dieu et l'homme, il existait une classe intermédiaire.

Cette classe n'existait pas dans le dessein originel de Dieu. L'intention originelle de Dieu était de s'approcher de Son peuple directement et qu'il s'approche de Lui directement. Mais maintenant il y avait trois parties. Le peuple devait passer par les sacrificateurs pour atteindre Dieu et Dieu devait passer par les sacrificateurs pour aller vers Son peuple. Dieu et l'homme ne pouvaient plus communiquer directement. Tous les contacts sont devenus indirects.

IV. LE CHANGEMENT DANS LA SACRIFICATURE

Pendant environ 1500 ans, depuis les temps de Moïse jusqu'aux temps de Christ, le peuple de Dieu était incapable de venir à Dieu directement. Une seule maison était autorisée à être sacrificateurs. Si quelqu'un ne provenait pas de cette maison, il ne pouvait pas s'approcher de Dieu directement. S'il le faisait, il mourait. Pendant cette période, le ministère des sacrificateurs est devenu un ministère très puissant. L'homme ne pouvait pas venir directement à Dieu ; il avait besoin de l'intercession des sacrificateurs. Combien ce ministère était grand et noble ! En dehors des sacrificateurs, l'homme n'avait aucun moyen de venir à Dieu. Mais avec l'avènement des temps du Nouveau Testament, le salut et la rédemption atteignent tous les hommes. La parole suivante nous est donnée : « Et vous-mêmes, comme des pierres vivantes, édifiez-vous pour former une maison spirituelle, un saint sacerdoce, afin d'offrir des victimes spirituelles, agréables à Dieu par Jésus-Christ » (1 P 2.5).

A. Toute âme rachetée est un sacrificateur
dans la dispensation du Nouveau Testament

Dans 1 Pierre 2.4-7, Pierre nous dit que Christ est la fonction de l'Église. Il était la pierre qui a été rejetée par ceux qui bâtissaient, et qui est maintenant devenue la principale de l'angle. Nous sommes devenus les pierres vivantes et nous sommes assemblés et édifiés en une maison spirituelle. Nous sommes aussi devenus un saint sacerdoce pour Dieu. C'est comme si une voix du ciel avait annoncé tout fort : « Tous ceux qui sont sauvés sont maintenant les sacrificateurs de Dieu. Toutes les pierres vivantes, ceux qui constituent la maison spirituelle, sont maintenant les sacrificateurs de Dieu. »

B. L'Église a retrouvé la sacrificature universelle

├Ç ce moment précis, une promesse qui avait été mise de côté pendant 1500 ans a été accomplie par Dieu. Ce que les Israélites avaient perdu, l'Église l'a retrouvé. La sacrificature universelle a été perdue par Israël. Dans ces temps du Nouveau Testament, c'est comme si une voix du ciel avait annoncé que la promesse de la sacrificature universelle avait été accomplie. Tous ceux qui sont sauvés sont appelés à être sacrificateurs.

C. L'Église est un royaume de sacrificateurs

La même parole se retrouve dans Apocalypse 1.6 : « Et qui a fait de nous un royaume de sacrificateurs pour Dieu son Père. » ├Ç l'origine, tous ceux de la nation d'Israël étaient des sacrificateurs. Plus tard, cela a changé. Et qu'en est-il aujourd'hui ? Aujourd'hui l'Église est un royaume de sacrificateurs. Ce que les Israélites ont perdu à cause du veau d'or, l'Église l'a pleinement retrouvé au travers du Seigneur Jésus. Aujourd'hui, tous ceux qui appartiennent à l'Église sont devenus sacrificateurs. Le royaume des sacrificateurs, qui était l'intention de Dieu, a maintenant été pleinement réalisé.

D. L'unique occupation d'un chrétien : servir Dieu

Ce que Dieu n'a pas pu obtenir au travers des Israélites, il l'obtient aujourd'hui par l'Église. L'Église aujourd'hui est un royaume de sacrificateurs. L'Église est la sacrificature. Que cela signifie-t-il ? Cela signifie que tous ceux qui ont goûté à la grâce de Dieu n'ont plus qu'une seule occupation, celle de servir Dieu. J'ai déjà fait remarquer à des jeunes la chose suivante : si quelqu'un est médecin avant de croire au Seigneur, son occupation, c'est la médecine. Si quelqu'un est infirmier, son occupation est de soigner. S'il est enseignant, son occupation est d'enseigner. S'il est agriculteur, son occupation, c'est l'agriculture. Si c'est un homme d'affaires, son occupation, ce sont les affaires. Mais dès que cette personne devient chrétienne, son occupation change complètement. Tous les chrétiens n'ont qu'une seule occupation : servir Dieu. ├Ç partir du moment oú nous sommes sauvés, nous devenons sacrificateurs pour Dieu. Dès lors, nous avons à servir Dieu. C'est l'objectif spirituel de toute notre vie.

Tout chrétien ne possède qu'une seule occupation, celle de servir Dieu. Un médecin chrétien ne doit plus chercher la renommée, sa pratique de la médecine ne lui sert plus qu'à gagner sa vie. Sa véritable occupation est d'être sacrificateur devant Dieu. Un professeur ou un enseignant ne doit plus rechercher à se distinguer comme un intellectuel remarquable. Il doit plutôt s'occuper entièrement d'être un bon sacrificateur devant Dieu. Son enseignement devient simplement son occupation, sa vocation principale est de servir Dieu. Les artisans, les hommes d'affaires, les agriculteurs et tous les autres professionnels ne vivent plus pour leur profession. Il n'y a plus qu'une seule profession pour tous, celle de servir Dieu.

E. Une seule ambition : plaire au Seigneur

Les frères et les sœurs doivent mettre de côté leurs anciennes occupations, dès le jour oú ils sont sauvés. J'espère que vous abandonnerez toutes vos ambitions et toutes vos aspirations le jour oú vous commencerez votre vie chrétienne. Vous ne devez plus chercher à devenir quelqu'un de spécial. Vous ne devez plus chercher à vous distinguer dans votre domaine ou dans votre profession. Vous devez prendre l'exemple de Paul qui n'avait qu'une seule ambition : d'être agréable au Seigneur. Toutes les occupations mondaines doivent être mises de côté. Vous ne devez plus chérir d'aspirations de grandeur ou de renommée. Vous ne devez aspirer qu'à servir le Seigneur dans Sa présence.

V. LA GLOIRE DE LA SACRIFICATURE

Pendant les premières années de ma vie chrétienne, j'ai toujours trouvé très difficile d'exhorter les jeunes croyants à servir Dieu. Il me semblait très difficile d'attirer, de supplier et d'implorer les autres de servir Dieu. Mais le point de vue de Dieu est totalement différent du nôtre. Dieu a enlevé la sacrificature aux Israélites lorsqu'ils ont péché. Aux yeux de Dieu, le service est un grand privilège et un grand honneur. Si un homme tombe ou qu'il se détourne, Dieu lui enlève la sacrificature. Dieu n'a aucune intention d'essayer de persuader ou de supplier l'homme de Le servir. Il n'a aucune intention de chercher l'approbation de l'homme. C'est la gloire de l'homme, et non celle de Dieu, que d'être appelé à être sacrificateur de Dieu.

A. Dieu nous honore en nous appelant à la sacrificature

Ceux qui ont offert un feu étranger dans l'Ancien Testament ont été consumés par le feu. Certains sont morts lorsqu'ils sont entrés dans le lieu saint. D'autres sont morts quand ils ont essayé d'offrir des sacrifices à Dieu. Dieu permettait uniquement aux sacrificateurs de venir vers Lui. Aux yeux de Dieu, la sacrificature est une confiance qu'Il a accordée aux hommes. Il confère la gloire et l'honneur à l'homme, et Il l'élève quand Il l'appelle à la sacrificature. Une personne mourait si elle proposait par elle-même d'entrer dans la sacrificature. Uzza, qui a tendu la main pour retenir l'arche de l'alliance quand elle a commencé à s'incliner, a été immédiatement frappé à mort.

B. Les insensés considèrent que le service est une faveur envers Dieu

Beaucoup de personnes pensent qu'elles accordent une faveur à Dieu en se consacrant à Lui. Pendant ces dernières décennies, je me suis toujours senti mal à l'aise lorsque les prédicateurs suppliaient les croyants de se donner à Dieu pour Le servir. Beaucoup de gens donnent un peu d'argent à Dieu et ils pensent qu'ils Lui accordent une faveur spéciale. Beaucoup de gens se consacrent au service de Dieu et pensent qu'ils Lui accordent une faveur. Certaines personnes pensent faire un grand honneur à Dieu lorsqu'elles abandonnent une petite position dans le monde. Il semble qu'elles se disent dans leur cœur : « Je m'abandonne, quelqu'un d'aussi important que moi, pour servir Dieu aujourd'hui ! » Certains abandonnent leurs petites positions et pensent qu'ils exaltent le Seigneur. C'est de l'aveuglement ! Ce ne rien d'autre que folie et obscurité !

C. Notre plus grand honneur est de pouvoir servir Dieu

Si Dieu, qui est dans les cieux, nous a appelés à être Ses sacrificateurs, nous devrions être continuellement agenouillés devant Lui pour recevoir Ses instructions. C'est notre honneur suprême. Dieu nous a élevés. Nous ne disons pas que nous pouvons rien donner à Dieu. Nous disons que notre plus grand honneur est que Dieu accepte ce que nous Lui offrons. Quel honneur merveilleux que des gens comme nous puissent servir Dieu. C'est une grande grâce ! C'est cela l'évangile ! L'évangile n'est pas simplement le salut de Jésus. L'évangile, c'est aussi que des personnes comme nous puissent servir Dieu. Voilà en effet l'évangile, un grand évangile.

VI. MAINTENIR LA SACRIFICATURE

A. Il n'y a pas d'Église sans la sacrificature universelle

Dans l'Église aujourd'hui, la sacrificature n'est plus limitée à quelques personnes, elle est devenue la sacrificature universelle. La nation d'Israël a échoué, l'Église ne peut pas échouer à son tour. La nation d'Israël a échoué en ce qu'une distinction a été faite entre le peuple de Dieu et Ses sacrificateurs. Que le Seigneur use de grâce envers nous ! Qu'il n'y ait aucune séparation entre le peuple de Dieu et Ses sacrificateurs dans l'Église aujourd'hui ! Dans l'Église, les enfants de Dieu sont Ses sacrificateurs. Tous les enfants de Dieu sont sacrificateurs de Dieu. Il doit y avoir autant de sacrificateurs que de frères et sœurs. Tous doivent venir à Dieu pour offrir des sacrifices spirituels et des sacrifices de louanges. Tous doivent avoir part au service spirituel. Tous doivent venir à Dieu pour Le servir. Une Église qui ne permet pas l'accès direct et universel à Dieu n'est pas une Église.

Souvenez-vous qu'il n'y a pas d'Église si la sacrificature n'est pas universelle. La nation d'Israël a échoué, l'Église ne doit pas échouer à son tour. Pendant les deux mille dernières années, la sacrificature ne s'est plus jamais étendue à tout le peuple de Dieu. Deux mille ans d'histoire de l'Église nous montrent une séparation fréquente entre le peuple et le ministère des sacrificateurs. Maintes et maintes fois une classe intermédiaire s'est introduite entre Dieu et Son peuple. Il s'agit de l'œuvre et de l'enseignement des Nicolaïtes.

B. Il ne faut plus tolérer la classe intermédiaire

Nous ne pouvons plus tolérer la classe intermédiaire. Nous ne pouvons plus accepter une hiérarchie. Nous ne pouvons plus permettre à des sacrificateurs de se tenir entre Dieu et Ses enfants ; nous ne pouvons plus accepter une classe intermédiaire. Nous devons voir ce que c'est l'Église. C'est l'endroit oú tout enfant de Dieu est un sacrificateur. Nous ne pouvons pas permettre qu'une ou plusieurs personnes monopolisent le service spirituel. Ils ne peuvent pas être les seuls à travers lesquels Dieu parle, ni les seuls par qui nous nous approchons de Dieu pour régler des problèmes spirituels. Une telle classe intermédiaire ne peut pas exister dans l'Église.

Notre controverse avec les dénominations n'est pas uniquement une question de forme extérieure, mais aussi de contenu intérieur. Aujourd'hui, il existe une hiérarchie dans les dénominations ; un groupe de personnes sert Dieu pendant que les autres sont simplement des membres de l'auditoire. Un groupe de personnes sert Dieu comme profession, pendant que les autres, simples auditeurs mêmes s'ils sont enfants de Dieu nés de nouveau, doivent s'approcher de Dieu à travers eux. La pratique hiérarchique est tolérée par beaucoup d'organismes chrétiens aujourd'hui. Mais nous ne pouvons pas accepter une classe intermédiaire. Nous ne pouvons pas mettre de côté la grâce qui a été accordée à l'Église dans le Nouveau Testament. Nous ne pouvons pas la négliger comme l'ont fait les Israélites.

C. La classe intermédiaire est abolie lorsque tout le monde sert

Nous devons abolir la classe intermédiaire. Afin d'abolir cette classe, nous devons tous en faire partie. Dès que nous ferons tous partie de cette classe, la hiérarchie disparaîtra. Comment pouvons-nous réunir trois groupes en deux groupes ? Comment pouvons-nous changer une route à trois voies en une route à deux voies ? Comment ces trois parties ÔÇö Dieu, les sacrificateurs et le peuple ÔÇö peuvent-ils devenir deux parties ? Il n'y a pas d'autre moyen que de s'agenouiller devant Dieu et de dire : « Seigneur, je suis prêt à Te servir. Je suis prêt à devenir sacrificateur. » Lorsque tous les enfants de Dieu seront devenus Ses sacrificateurs, les trois parties n'en seront plus que deux.

La hiérarchie vient du monde, de la chair, de l'idolâtrie et de l'amour du monde. Si tous les frères rejettent le monde et rejettent l'idolâtrie dès le départ, ils s'offriront alors tous à Dieu. Ils diront : « ├Ç partir d'aujourd'hui, je vivrai sur la terre dans le seul et unique but de servir Dieu. »

Ensuite, la hiérarchie disparaîtra spontanément. Si tous les frères se rendent compte que leur seule occupation est de servir Dieu et si tous servent Dieu d'un commun accord, la classe intermédiaire disparaîtra !

D. Il faut être sacrificateur si l'on est chrétien

J'espère que vous ne permettrez à aucune classe intermédiaire de s'introduire. Maintenez cela dès le départ. C'est seulement parmi ceux qui se sont détournés et ceux qui marchent selon leur propre voie qu'on peut voir resurgir la classe intermédiaire. Parmi ces personnes vaincues, il est normal que certaines servent le Seigneur et que d'autres ne le servent pas. Ceux qui ne servent pas le Seigneur s'occupent de leurs propres affaires alors que ceux qui servent le Seigneur s'occupent des affaires spirituelles. Au mieux, ceux qui ne servent pas le Seigneur donnent de l'argent pour soutenir ceux qui Le servent. Ce sont peut-être des hommes d'affaires, des enseignants, ou des médecins, mais ils s'occupent tous de leurs propres affaires et ils marchent selon leur propre voie. Il semble qu'ils n'ont rien à voir avec le service de Dieu. Dans un tel contexte, que doit-on faire pour être considéré comme un bon chrétien ? Il suffit de mettre de côté un peu de temps une fois par semaine pour se rendre au culte. Si l'on a de l'argent, il suffit d'en donner une petite partie. Mais cela sépare clairement le peuple de Dieu de Ses sacrificateurs et produit deux classes distinctes. Aujourd'hui nous devons voir que nous devons, soit ne pas être chrétiens du tout, soit être parmi ceux qui consacrent tout au Seigneur. Si nous sommes chrétiens, nous devons être sacrificateurs de Dieu.

VII. LE RÉTABLISSEMENT DE LA SACRIFICATURE

A. Il n'y avait pas de problème dans les premières Églises

Le danger qui guettait la nation d'Israël est le même problème auquel l'Église a été confrontée pendant ces deux mille dernières années. Depuis le moment oú le Seigneur a quitté la terre jusqu'au moment de l'écriture de l'Apocalypse et un peu après, tous les enfants de Dieu étaient sacrificateurs. Tous ceux qui se considéraient enfants de Dieu étaient aussi Ses sacrificateurs. Il n'y avait aucun problème de ce côté-là. Il n'y avait aucun problème depuis le premier siècle jusqu'au troisième siècle. Individuellement, il existait çà et là des problèmes isolés, mais globalement il n'y avait aucun problème. ├çà et là quelques enfants de Dieu refusaient d'être sacrificateurs, mais globalement il n'y avait pas de problème. Tant qu'une personne était enfant de Dieu, elle se considérait comme sacrificateur de Dieu.

B. La nature de l'Église a changé après l'acceptation du christianisme par l'Empire Romain

Lorsque l'Empire Romain a accepté le christianisme, beaucoup de personnes ont commencé à se glisser dans l'Église. Il y avait des intérêts matériels à servir le Seigneur, on devenait croyant au même titre que l'empereur, et frère de César. ├Ç l'origine, le commandement du Seigneur était : « Rendez à César les choses qui sont à César et à Dieu les choses qui sont à Dieu » (Mt 22.21). Après, les choses de César et les choses de Dieu étaient rendues à Dieu. Quelle belle victoire pour le christianisme ! Constantin s'est converti à Christ. Le résultat en a été un changement lent mais significatif pour l'Église. Les croyants étaient différents de ceux qui professaient leur foi à une autre époque. Pendant les dix périodes de persécution sous le règne de Rome, des dizaines de milliers de chrétiens ont souffert le martyre. Il n'était pas facile de faire semblant d'être chrétien. Mais par la suite, la situation a totalement changé. Il est devenu à la mode de croire et de partager la même foi que l'empereur et de l'appeler son frère. Quand ce changement s'est opéré, beaucoup de personnes ont décidé de devenir chrétiennes. Par conséquent, le nombre de personnes a augmenté, alors que le nombre de sacrificateurs est resté identique. Il est facile de se glisser dans le troupeau chrétien, mais il est absolument impossible de se glisser dans le service de Dieu.

C. La séparation entre les personnes spirituelles et les personnes mondaines

L'Église a vécu un changement radical au cours du quatrième siècle. Pendant cette période, beaucoup de ceux qui ont rejoint l'Église étaient soit non-croyants soit à moitié croyants. Ils avaient l'apparence de croyants et en même temps ils tenaient entre leurs mains une partie de la puissance du monde. Ils n'avaient aucun désir de servir Dieu dans l'Église. Au mieux, ils étaient sauvés, mais ils ne pouvaient pas servir le Seigneur. Certaines personnes spirituelles se sont levées spontanément pour s'occuper des affaires de l'Église. Les autres ont dit : « Faites-le ! Servez le Seigneur. Nous sommes les laïques. » Le mot laïque a été introduit au cours du quatrième siècle. Certains s'occuperaient des affaires du monde, et d'autres des affaires spirituelles. Par conséquent beaucoup continuaient de servir Dieu, mais un nombre bien plus important a cessé de le servir.

Au temps des apôtres au premier siècle, tous les croyants servaient le Seigneur. ├Ç partir du quatrième siècle, les hommes ont commencé à dire : « Nous ne sommes que le peuple de Dieu. Nous nous occupons de nos propres affaires dans le monde et nous conservons nos positions dans la société. De temps en temps, nous vous donnerons un peu d'argent. Cela devrait nous permettre d'être chrétiens. Que ceux qui sont spirituels s'occupent des choses spirituelles à notre place. » ├Ç partir de ce moment-là, l'Église a suivi les traces de la nation d'Israël, elle a adoré le « veau d'or » et a créé une classe intermédiaire. Tous les enfants de Dieu n'étaient plus Ses sacrificateurs. Certains sont devenus uniquement Ses enfants, et non Ses sacrificateurs.

Aujourd'hui, les membres du clergé dans l'Église catholique romaine sont appelés prêtres. En Chine, on les appelle pères. Ces soi-disant pères sont en fait des prêtres. Certaines Églises d'état suivent l'exemple de l'Église catholique romaine et donnent à leurs pasteurs le nom de prêtres. Ceux qui s'occupent des affaires du monde s'appellent le peuple de Dieu, tandis que ceux qui s'occupent des affaires spirituelles s'appellent prêtres. L'Église a été divisée en sacrificateurs et membres du peuple.

D. Le Seigneur accomplit une œuvre de rétablissement

Il est un point que je voudrais que nous voyions tous : en ce moment, Dieu accomplit une œuvre de rétablissement ; Il prend le chemin du rétablissement. Je crois que Dieu ramène tous Ses enfants à la position de l'époque précédente. Une partie du chemin de l'Église attend un rétablissement fondamental : la sacrificature universelle des enfants de Dieu. Tant qu'une personne fait partie du peuple de Dieu, elle devrait être sacrificateur. Aujourd'hui, il existe des sacrificateurs. Dans le royaume à venir, il y aura aussi des sacrificateurs. Dieu veut obtenir Ses sacrificateurs. Il veut que tous Ses enfants soient Ses sacrificateurs.

VIII. LE SERVICE DES SACRIFICATEURS

Dès que vous devenez chrétien, vous devenez sacrificateur. Si vous voulez être chrétien, vous devez être sacrificateur. Ne vous attendez pas à ce qu'une autre personne soit sacrificateur à votre place. Vous devez vous-même être sacrificateur. Il n'y a parmi nous aucune classe intermédiaire. Personne ne s'occupera des affaires spirituelles à notre place. Personne ne travaillera pour nous. Parmi nous, nous ne devons pas avoir une autre classe de personnes que les travailleurs.

A. L'Église entière doit servir

Si Dieu nous fait grâce, tous les frères et sœurs travailleront spontanément, annonçant l'évangile et servant le Seigneur ensemble. Plus la sacrificature sera universelle, plus l'Église sera visible. Une fois que la sacrificature devient non universelle, nous avons échoué et notre chemin a été corrompu.

B. Dieu nous honore en nous permettant de Le servir

Nous sommes pauvres, faibles, aveugles et boiteux. C'est un grand honneur lorsque le Seigneur accepte des personnes comme nous pour être Ses sacrificateurs. Dans l'Ancien Testament, de telles personnes ne pouvaient pas être sacrificateurs. Tous ceux qui étaient handicapés, boiteux ou qui avaient un défaut quelconque ne pouvaient pas être sacrificateurs. Mais aujourd'hui, les ignobles, les impurs, les aveugles et les handicapés ont tous été appelés par Dieu pour être sacrificateurs ! C'est Lui le Seigneur. J'ai déjà dit cela : nous devrions nous adonner avec joie à Son service même si cela signifie ramper jusqu'à Ses pieds pour implorer le droit de Le servir. Nous devrions être heureux de nous agenouiller et de Le supplier de nous accorder cet honneur. Je suis heureux de ramper à genoux et de supplier le Seigneur : « Seigneur, je veux Te servir. Je m'offre avec joie à Ton service. Tu m'honores en me permettant de venir à Toi. » ├ètre un sacrificateur, c'est se rapprocher de Dieu. ├ètre un sacrificateur signifie n'avoir aucune distance entre nous et Dieu, c'est être capable de venir directement en Sa présence et de n'attendre personne. ├ètre un sacrificateur signifie que nous pouvons toucher Dieu nous-mêmes.

C. Le royaume de Dieu est réalisé lorsque tous servent

Si un jour tous les frères et sœurs dans toutes les Églises se lèvent pour servir, le royaume de Dieu viendra parmi nous. Ce sera un royaume de sacrificateurs, le peuple tout entier sera composé de sacrificateurs. Ceci est glorieux ! J'attends le jour oú toutes les idoles seront abolies parmi nous. Devant le Seigneur, nous devrions payer le prix, quel qu'il soit, afin d'arriver à cela. Les Lévites ont payé le prix, ils ont été fidèles en mettant de côté leur affection personnelle. Seules de telles personnes peuvent avoir part à la sacrificature.

D. Le fondement de la sacrificature : l'acceptation par Dieu

Afin de comprendre pleinement la sacrificature, nous devons comprendre la façon dont Dieu traite les sacrificateurs dans l'Ancien Testament. C'est une chose très grande que Dieu permette à une personne de s'approcher de Lui sans mourir. Seuls les sacrificateurs pouvaient manger le pain de proposition, servir sur l'autel et entrer dans le lieu saint. Ils étaient les seuls à pouvoir offrir des sacrifices. Les autres personnes mouraient lorsqu'elles entraient dans le lieu saint. L'acceptation par Dieu est le fondement de la sacrificature. Puisque Dieu nous a acceptés, ne devrions-nous pas entrer dès aujourd'hui ? Auparavant, celui qui osait entrer mourait. Mais maintenant Dieu dit : « Vous pouvez entrer ! » Qu'il est étrange que nous soyons si réticents à venir !

E. La miséricorde de Dieu nous permet de servir dans la grâce

Il faut que Dieu nous ouvre les yeux. C'est une grâce infinie qu'une personne reçoive le privilège de Le servir. Ceux qui connaissent vraiment Dieu diront : « La grâce qui me permet de servir Dieu est plus grande que la grâce qui m'a amené au salut. » Le chien qui est sous la table peut manger les miettes qui tombent, mais il ne peut pas servir à table. ├ètre sauvé par la grâce est relativement simple, mais tous ne peuvent pas servir par la grâce. Aujourd'hui dans l'Église, tous ceux qui sont sauvés par la grâce peuvent aussi servir. C'est insensé de ne pas considérer cela comme une grande grâce.

F. Rejeter le principe de la classe intermédiaire

Le christianisme d'aujourd'hui reconnaît la présence d'une classe intermédiaire. Le christianisme tel que nous l'observons aujourd'hui divise même le peuple de Dieu et les sacrificateurs de Dieu en deux classes. Nous attendons le jour oú il n'existera plus aucune hiérarchie parmi nous. Peut-être une ou deux personnes dans l'Église ont-elles échoué. Mais le principe reste le même. Aujourd'hui, il est à la mode dans le christianisme de faire des compromis avec les principes. En principe, le christianisme d'aujourd'hui est tombé et a pris le chemin des Israélites : le peuple et les sacrificateurs se sont séparés. Ne tombons pas dans un tel système !

 

Watchman Nee

{loadposition face}

Ne manquez plus rien!

Abonnez-vous dès maintenant aux infos de AdoreDieu.com et recevez chaque jour la pensée du jour, la citation du jour, des enseignements, des témoignages...

mm

Auteur: Watchman Nee

Tout de suite après son salut, Watchman Nee se mit à aimer le Seigneur et reçut de manière très intense le fardeau d'annoncer l'évangile à ses camarades d'école et à ses concitoyens, en tout temps. Grâce à sa prédication, presque tous ses camarades furent menés au Seigneur, et un réveil se propagea dans toute l'école puis s'étendit largement aux habitants de sa ville en 1923. Des centaines de personnes furent sauvées et virent leur existence changer. Watchman Nee ne fut jamais élève d'une école théologique, ni d'un institut d'apprentissage biblique. La plupart des choses qu'il apprit concernant Christ, les choses de l'Esprit et l'histoire de l'Église, il les acquit en étudiant la Bible et en lisant des ouvrages écrits par des hommes spirituels. Watchman Nee était non seulement un excellent étudiant de la Bible, il était aussi un lecteur avide de livres spirituels. Intellectuellement doué, extrêmement brillant, il était capable de sélectionner, de comprendre, de discerner et de mémoriser les écrits appropriés. Il lui était possible de saisir sans difficulté les points et emphases d'un livre en y jetant un rapide coup d'œil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Passez sur autre article

mot exacte
chercher dans les titre
chercher dans les contenus
chercher dans l'article
chercher dans les pages
acf
lifestyle
pensee
citation
actualite
temoignage
enseignement
musique
parole
Filtrer par Categories
Actu Chrétienne
Actualité
Albums
Blogs
Citation du jour
Clips vidéo
Conversions
Dossiers
Églises
Enseignement du jour
Enseignements
Entreprenariat
Famille
Fondements de la foi
Gospel
Guérisons
Internautes
Jeunesse
La Famille
Louange africaine
Louange anglophone
Louange française
Monde
Musique
Musique du jour
non catégorisé
Non classé
Partenaires
Pensée du jour
Relations
Santé
Servir Dieu
Société
Sorties D'albums
Témoignage du jour
Textes
Video
Video Enseignements
Vie chrétienne
Vie pratique

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières nouvelles.

Advertise

Instagram
  • Ne sois pas esclave de le peur !!😀 La Bible dit : Ne crains rien, car je suis avec toi; ne promène pas des regards inquiets, car je suis ton Dieu; je te fortifie, je viens à ton secours... (Esaie 41.10)
  • Image Instagram
  • Image Instagram
  • Image Instagram
  • Image Instagram

83c68a05f5fa9bdcbb9ebc868c03aeda????????????????????