L’épreuve la plus difficile – Derek Prince

par La rédaction le 10 Jan, 2016



Cher ami(e), Mes deux lettres précédentes avaient pour thème l' »épreuve ». Elles traitaient d'abord du sens à donner à l'épreuve, et ensuite du comportement à adopter dans l'épreuve. Par cette troisième et dernière lettre concernant ce thème, je désire vous entretenir de l'épreuve la plus difficile à laquelle nous sommes confrontés. Si je demande à chacun individuellement « Quelle est l'épreuve la plus difficile à laquelle est confronté le chrétien? », je recevrai probablement des réponses très diverses.

 

 

Ma réponse peut d'ailleurs en surprendre plus d'un, mais elle est fondée sur plus de cinquante années d'expérience dans le ministère chrétien. Je crois que l'épreuve la plus difficile à aborder, celle que nous avons le moins de chance de surmonter avec succès, c'est « l'épreuve de la réussite ».Dans Ec.7:8, le roi Salomon nous met en garde;  En d'autres termes, ce n'est pas la manière dont vous démarrez une course qui détermine son succès, mais celle dont vous la finissez. Un pasteur chinois, un vétéran qui avait passé plus de vingt ans en prison pour sa foi et qui a récemment rejoint le Seigneur, a fait le commentaire suivant: « J'ai vu beaucoup de personnes dont le départ fut excellent, mais peu dont la fin fut bonne. » Et je partage sa constatation. Nous allons à présent considérer l'exemple de plusieurs rois d'Israël qui obtinrent du succès au cours de leur vie.

 

Sa├╝l, le premier roi, était un jeune homme fort et remarquable et qui obtint, au début de sa carrière, certains succès militaires. Cependant, lorsqu'il fut envoyé par Dieu en mission contre les Amalécites, il laissa sa peur des hommes l'envahir et le dominer, ce qui l'empêcha d'obéir complètement au commandement de Dieu. C'est pourquoi le prophète Samuel vint lui délivrer le message selon lequel Dieu l'avait rejeté en tant que roi. Cette parole délivrée à Sa├╝l par Samuel, dans 1 Samuel15:17, expose bien la racine du problème:   Tant que Sa├╝l demeurait humble, Dieu pouvait le bénir; mais lorsqu'il devint orgueilleux, Dieu dut le mettre à l'écart. Voilà qui s'applique à chacun. Lorsque nous sommes petits à nos propres yeux, nous laissons agir la grandeur de Dieu. Mais quand nous devenons grands à nos propres yeux, nous ne laissons plus Dieu manifester sa grandeur à travers notre vie. L'orgueil de Sa├╝l le mena à une fin tragique. La dernière nuit de sa vie, il consulta une nécromancienne et, le lendemain, il se suicida sur le champ de bataille.Le roi suivant, David, était un homme selon le coeur de Dieu. Durant des années il vécut en fugitif, persécuté et pourchassé par le roi Sa├╝l. Cependant, il sortit victorieux des épreuves et il en témoigne de manière admirable dans le Psaume 18:21-22:  Pourtant, au fil du temps, David changea, ainsi que le montrent ses paroles au Psaume 51:1-2:  Qu'est-il arrivé? Pourquoi un tel changement? David avait pourtant fait l'expérience d'un succès entier. Il était roi de tout Israël, victorieux de tous ses ennemis. Il jouissait du fruit de la réussite. Il n'allait plus livrer bataille à présent et il restait à Jérusalem, libreÔǪ de s'adonner à ses fantaisies.Aussi ne tarda-t-il pas à séduire Bath-Chéba, la femme de son voisin Urie, et à perpétrer le meurtre de ce dernier pour masquer son adultère. A l'apogée de sa réussite, il oublia les principes par lesquels il avait vécu avant d'être roi. Grâce à Dieu, il reconnut sa faute et s'en repentit; Dieu lui pardonna son péché. Néanmoins, cela jeta une ombre sur sa descendance de génération en génération. Dieu l'avertit dans 2 Samuel12:10:  Il est important pour chacun d'entre nous de réaliser que le pardon de Dieu n'annule pas obligatoirement toutes les conséquences de nos péchés. Le fils de David, Salomon, qui lui succéda en tant que roi, était bien-aimé de Dieu qui l'avait choisi. Il reconnut humblement son besoin de sagesse, et Dieu lui ajouta également honneurs et richesses. Il devint le plus sage, le plus riche et le plus célèbre de tous les rois d'Israël. Cependant, en dépit de sa réussite, il ne passa pas avec succès « l'épreuve de la réussite ».Car il est dit dans 1 Rois 11:4-6, que lorsque Salomon fut avancé en âge, ses nombreuses épouses détournèrent son coeur vers leurs dieux étrangers:  En dépit de son glorieux commencement, Salomon mourut en idolâtre.

 

Après le règne de Salomon, le royaume fut divisé. Tous les rois d'Israël, le royaume du Nord, devinrent idolâtres et furent rejetés par le Seigneur. Plusieurs des rois du royaume du Sud, de Juda, se détournèrent aussi du Seigneur dans l'idolâtrie. Il y eut toutefois quelques rois vraiment justes et pieux, mais aucun d'eux ne passa entièrement avec succès « l'épreuve de la réussite ». Le roi Ezéchias, par exemple, introduisit des réformes complètes et salutaires, et il rétablit le vrai culte de Jéhovah. Lorsque Sennachérib, roi d'Assyrie, fit le siège de Jérusalem, le Seigneur intervint et permit la délivrance miraculeuse d'Ezéchias et du peuple. Plus tard, lorsque Ezéchias fut malade et sur le point de mourir, non seulement Dieu le guérit, mais il lui donna, en signe, le recul de dix degrés de l'ombre du soleil. Il promit également à Ezéchias quinze années ajoutées à ses jours. Le signe miraculeux du recul du soleil en devint un de la renommée d'Ezéchias parmi les autres nations. A la suite de quoi il reçut la visite des ambassadeurs des princes de Babylone. Flatté par leur attention, Ezéchias leur montra toutes les richesses de son royaume, mais il ne rendit pas témoignage et gloire à Dieu. L'Ecriture fait deux commentaires qui apportent beaucoup de lumière sur la conduite d'Ezéchias dans 2 Chroniques 32:25 et 31:  (Devint orgueilleux.)  Du roi Ezéchias, nous retenons deux leçons: -1- Si Dieu vous accorde un miracle, un signe « spécial », cela ne fait pas de vous un être « spécial », mais signifie seulement que vous avez un Dieu « spécial ». -2- Si Dieu retire sa présence et ne semble plus être agissant, à l'oeuvre dans votre vie, il se peut qu'il soit en train de vous mettre à l'épreuve pour observer votre conduite lorsque vous êtes laissé à vous-même. Plus tard, au cours de l'histoire de Juda, un autre roi juste se leva: le roi Josias. Comme Ezéchias, Josias introduisit des réformes radicales et il restaura le vrai culte à Jéhovah. Il détruisit également l'autel idolâtre de Béthel dans le royaume du Nord. Mais les succès de Josias le rendirent sûr de lui et il devint téméraire. Sans consulter l'Eternel, et en dépit de son avertissement solennel, il s'opposa au pharaon Nécho, roi d'Egypte, et fut tué dans la bataille. Avec lui disparut la dernière étincelle d'espoir pour Juda.

 

Le Nouveau Testament nous propose-t-il des exemples aux normes semblables? Regardons le personnage le plus représentatif, Jésus lui-même, et trois de ses principaux disciples, Pierre, Jean et Paul. Quelle fut leur fin? Jésus est, bien entendu, unique. Le Fils de Dieu parfait et sans péché. Il ne connut jamais l'échec. Cependant, il finit sa vie pendu, nu sur une croix, exposé aux moqueries des pécheurs. Ce fut la dernière fois que le monde vit Jésus. Sa résurrection ultérieure et la gloire qui s'ensuivit furent révélées uniquement « aux témoins choisis par Dieu » selon Actes 10:41. En ce qui concerne le monde, Dieu n'a pas cherché à rectifier le récit. Quelle fut la fin de Pierre, le grand parmi les douze apôtres? Selon les sources certaines de la tradition, Pierre finit également sa vie sur une croix, crucifié la tête en bas selon sa propre demande, car il ne se sentait pas digne de souffrir de la même manière que son Seigneur. Nous n'avons aucun récit de la mort de Jean. Mais nous savons que, dans sa vieillesse, il fut banni sur un rocher désertique, l'île de Patmos, où il reçut les visions qu'il consigna dans le livre de l'Apocalypse. Qu'advint-il de Paul? Nous avons son propre récit de sa vie et de celle de ses compagnons: (1 Cor. 4:11-13)Finalement, après un ministère puissant et miraculeux qui ouvrit le monde païen à l'Evangile, Paul finit enchaîné dans une geôle romaine humide, oublié de la plupart de ses compagnons d'oeuvre. Puis il fut emmené et exécuté publiquement par décapitation. Les récits de la fin de Jésus, de Pierre, de Jean et de Paul pourraient-ils donner à penser que tout chrétien engagé doit nécessairement mourir en martyre? Ou encore que nul chrétien ne doit posséder de biens personnels? Certes non. Mais ces récits soulignent un fait extrêmement important: nous ne devons jamais laisser le monde nous entraîner à accepter ses normes de réussite. Nous ne devons jamais rechercher l'approbation du monde. Le désir de popularité est toujours dangereux. Jésus émet des avertissement très fermes pour nous prévenir contre cela. Aux pharisiens, il dit que « ce qui est hautement estimé parmi les hommes est abomination aux yeux de Dieu » (Luc 16:15). Et à ses disciples, il dit: (Luc 6:26).

 

Ayant considéré la fin de ces cinq rois de l'Ancien Testament et celle de Jésus et de ses disciples, je me suis demandé quelle était la clé pour parvenir à une vie vraiment réussie. Alors le Seigneur me montra deux passages des Ecritures: Premièrement, les paroles de Paul dans 1 Corinthiens 7:25:  Je vis que, pour être fidèle, je devais dépendre totalement de la miséricorde du Seigneur; je ne peux m'appuyer sur aucune autre chose, que ce soit mon érudition, mes dons spirituels, mes réussites du passé, mes années de service dans le ministère chrétien. Une seule chose peut me garder fidèle: la miséricorde de Dieu. Je dois en faire le but central de ma vie, afin d'en être consciemment et constamment dépendant. Je dois me tenir sur mes gardes contre toute tentative visant à brouiller ou émousser mon sens de dépendance vis-à-vis de Dieu.Je dois veiller, en particulier, à toute forme d'orgueil qui est, dans son essence, la confiance en moi-même. Deuxièmement, les paroles de Jésus dans Jean 4:34:  La nourriture de Jésus ÔÇô la source de sa vie et de sa puissance ÔÇô était sa détermination, pleine et unique, à accomplir la volonté de Dieu jusqu'à la fin de sa vie. C'est là la vraie réussite vers laquelle doivent tendre vos efforts comme les miens.

 

Au service du Maître Derek Prince

{loadposition face}

 

Ne manquez plus rien!

Abonnez-vous dès maintenant aux infos de AdoreDieu.com et recevez chaque jour la pensée du jour, la citation du jour, des enseignements, des témoignages...

mm

Auteur: La rédaction

La vision d'adoreDieu.com est d'impacter les médias via l'Evangile. Vous êtes témoin d'une actualité, informez-en la rédaction à redaction@adoredieu.com. N'hésitez pas à nous faire part de votre témoignage, de ce que Dieu a fait dans votre vie, en vous inscrivant sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Passez sur autre article

mot exacte
chercher dans les titre
chercher dans les contenus
chercher dans l'article
chercher dans les pages
acf
lifestyle
pensee
citation
actualite
temoignage
enseignement
musique
parole
Filtrer par Categories
Actu Chrétienne
Actualité
Albums
Blogs
Citation du jour
Clips vidéo
Conversions
Dossiers
Églises
Enseignement du jour
Enseignements
Entreprenariat
Famille
Fondements de la foi
Gospel
Guérisons
Internautes
Jeunesse
La Famille
Louange africaine
Louange anglophone
Louange française
Louange hispanophone
Monde
Musique
Musique du jour
non catégorisé
Non classé
Partenaires
Pensée du jour
Relations
Santé
Servir Dieu
Société
Sorties D'albums
Témoignage du jour
Textes
Video
Video Enseignements
Vie pratique

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières nouvelles.

Advertise

Visionnez la dernière vidéo
Sonde-moi, ô Dieu, et connais mon coeur... - Psaume 139:23-24 - Vertueuses
Instagram
  • Image Instagram
  • Image Instagram
  • Image Instagram
  • Image Instagram
  • Image Instagram

06767ffe723fbe36690ceaa589dd8e9akkkkkkkkkkkkkkkkkk